La gestion des risques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 49 (12017 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

Mémoire de Stage

|Attijariwafa-Bank |
| |
|[pic]|

|

RAPPORT D’ACTIVITE : La gestion des risques 3

Introduction 3

I – PRESENTATION DE ATTIJARIWAFABANK 4

A) généralités 4

B) Attijariwafabank …. 5

C) Caractéristiques de l'environnement bancaire et financier marocain 6

II - LA GESTION GLOBALE DES RISQUES ( GGR ) 7

A ) L’Organisation de la GGR : 8

III -Mon expérience au sein de la gestion globale des risques ( GGR) : 9

A) Pourquoi avoir choisi de travailler au sein de la GGR 9

B) la mise en place d’un dossier de crédit 10

a) Analyse stratégique 10

b) Analyse Financière ( l’évaluation de l’Entreprise) 11

2) l’analyse technique : 11

3) l’analyse commerciale 11

4) L’étude des perspectives 12

5) Diagnostic financier del’entreprise 12

C ) comparaison de dossiers et notation interne : 14

IV- Rapports hiérarchiques : 15

MEMOIRE 22

INTRODUCTION 22

I – LA GESTION ACTIF-PASSIF BANCAIRE 23

Gestion actif-passif – Définition 23

B- Les différents facteurs de risque : 24

C- Méthodologie ALM (Gestion Actif-Passif) 27

II - GESTION DES RISQUES DE TAUX ET DE LIQUIDITE BANCAIRE 28

A-Mise en évidence destaux d’intérêts et de la liquidité en tant que facteurs de risques qui pèsent sur le bilan 28

B- Indicateurs de gestion du risque de taux et de liquidité 29

III -LA CRISE ECONOMIQUE ET FINANCIERE ET LA REMISE EN CAUSE DU SYSTEME FINANCIER 30

A- Les sources de la crise : 30

B - Le déclenchement de la crise : 31

C- Les conséquences de la crise : 32

D- Les leçons à tirer de la crised’un point de vue ALM 34

CONCLUSION 38

BIBLIOGRAPHIE 39

RAPPORT D’ACTIVITE : La gestion des risques

Introduction

Ce n’est pas sans un certain empressement, voire une certaine curiosité que j’ai abordé mon stage dans le cadre du programme de la L3STCF . Suite aux différents projets de groupe qu’on a eu l’occasion de traiter au cours de cette année, nous avons appris àtravailler en équipe, à organiser son temps et à gérer des situations de crises- avec les différents membres du groupe. J’étais toutefois enthousiaste- le mot n’est pas trop fort- de mettre à l’épreuve ces valeurs à l’occasion d’un stage en entreprise. J’attendais également de ce stage qu’il confirmât ou non mon intérêt pour le domaine bancaire. . C’est ainsi que j’ai réussi à effectuer un stage de 8semaines au sein de l’ Atiijariwafabank, (deuxième banque d’Afrique) au sein du département de la gestion des risques. Durant ce stage, peu de surprises finalement, mais beaucoup de leçons et de réponses à mes questions. Des questions et des réponses, qui concernent d’ailleurs aussi bien mon avenir professionnel, qu’une certaine introspection de soi que les dernières années m’avaient empêché deréaliser pleinement : Comment allais-je faire face aux relations de pouvoir au sein de mon équipe de travail ? Autant de questions très pragmatiques auxquelles j’attachais beaucoup d’importance avant de commencer mon stage.

Le secteur bancaire marocain fait partie des activités économiques les plus rentables et les plus performantes dans le pays. En effet, il est, de très loin, en avance sur tousles autres secteurs économiques du Royaume et, aussi, sur ceux des autres pays maghrébins.
De nationalité marocaine, mais ayant bénéficié d’une double culture franco-marocaine, mon choix s’est porté sur l’ATTIJARIWAFA, car c’est une banque qui essaye d’appliquer des stratégies et un mode d’organisation calqué sur le système français, à un environnement économique en développement certes...
tracking img