La grande distribution alimentaire en france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1550 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
* Magasins du commerce de détail :
* non spécialisés réalisant plus d'un tiers de leur chiffre d'affaires dans la vente de produits alimentaires en libre-service
* de biens de consommation constitués de groupements de points de vente d'une certaine importance dotés de centrales d'achat et d’une enseigne, afin de bénéficier d’une image de marque commune
La grande distribution est lapartie du secteur du commerce de détail de biens de consommation constituée de groupements de points de vente d'une certaine importance dotés de centrales d'achat et d’une enseigne, afin de bénéficier d’une image de marque commune. Ces regroupements, qui intègrent horizontalement dans des cadres divers des points de vente (filière intégrée, coopérative de commerçants ou franchisés) peuvent aussiconstituer la base d’une intégration verticale des fonctions d’achat en gros, de logistique, de production de biens et/ou le partage de services supports (comptabilité, informatique…).
Même lorsqu'il sont commercialisés par des réseaux de commercialisation de services ou des hypermarchés, les produits ou services comme la restauration rapide, le crédit, l'assurance, les voyages organisés, laconstruction, le contrôle technique auto…) ne font pas partie de la grande distribution.
En France, le secteur de la grande distribution est selon la définition de l'Insee « constituée des hypermarchés et des entreprises dites du grand commerce spécialisé. » En France, les hypermarchés sont définis comme les « magasins du commerce de détail non spécialisés qui réalisent plus d'un tiers de leurchiffre d'affaires dans la vente de produits alimentaires, et d'une surface de vente égale ou supérieure à 2 500 m2. »
XVIIIe siècle : les précurseurs
Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynièe n'a pas seulement été un gastronome averti mais aussi un commerçant. Certes cet avocat en est devenu un par nécessité mais il a été inventif en imaginant le principe d'achat direct au producteur et devente à prix fixé de biens variés allant de l'épicerie à la droguerie avec quelques denrées exotiques.
De 1840 à 1915 : des précurseurs de la grande distribution
Les succursalistes et coopératives de consommation
Bien que d'inspiration et d'origine différentes ces deux systèmes ont été développés en utilisant le principe d'achat en gros à partir d'un entrepôt central distribuant la marchandise àdes points de vente.
Robert Owen, un industriel Gallois, imagine au début du XIXe siècle la première coopérative de consommation qu'il met en œuvre dans la filature de coton qu'il dirige à New Lanark en Écosse. Parti d'un mouvement mêlant utopisme et socialisme en Grande-Bretagne, le principe s'essouffle après avoir eu un vif succès pour connaitre un regain vers 1840 qui se diffusera dans toutel'Europe. Le bénéfice est aboli, les producteurs vendent directement aux consommateurs par l'intermédiaire de la coopérative en conservant l’usage de la monnaie.
Félix Potin ouvre son premier magasin en 1844 à Paris. Il ouvrira par la suite d'autres établissements sous la même enseigne vendant à prix fixés et affichés, ce sera le début du succursalisme. Les marchandises sont préemballées dans sesusines au lieu d'être reçu en vrac dans les boutiques et emballés sur place par les épiciers. Ce principe sera repris avec succès aux États-Unis, par Franklin Winfield Woolworth et son frère, en 1879 année d'ouverture de leur second magasin et donnera naissance à la chaine de magasin Woolworth's développant au passage le concept de magasin populaire.
Naissance des grands magasins en 1852 avec LeBon Marché transformé par Aristide Boucicaut, à Paris (France).
De 1916 à 1980 : le libre-service, le discompte et les grandes surfaces
6 septembre 1916, ouverture du premier magasin libre-service (cash and carry), sous l'enseigne Piggly Wiggly à Memphis (États-Unis) par Clarence Saunders. Il cherchait à réduire les frais de commercialisation, ne pas livrer le client, le laisser se servir...
tracking img