La grosse faim de p'tit bonhomme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2537 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

Le document d’accompagnement Le langage à l’école maternelle argumente sur l’importance d’une première culture littéraire à l’école maternelle. Les enjeux de la littérature de jeunesse au cycle 1 sont triples :
- Nourrir l’imaginaire enfantin
- Faire découvrir un usage particulier de la langue
- Faire découvrir le patrimoine
A partir de ces trois axes cités dans ledocument d’accompagnement, je vais vous démontrer que le conte que j’ai choisi est un objet culturel propice au développement de l’enfant et aux apprentissages de l’élève à l’école maternelle.

L’OEUVRE

L’œuvre que je vais vous présenter s’intitule  La grosse faim de p’tit bonhomme , écrit par Pierre Delye, illustré par Cécile Hudrisier et paru aux éditions Didier Jeunesse en novembre 2005.Je proposerai cette œuvre en fin cycle 1 (GS).
Situation initiale : négative. C’est le matin. A son réveil, le héros trouve ses placards entièrement vides. Il n’a plus rien à manger, pas la moindre petite miette.
Mais alors comment va-t-il faire avec un porte monnaie vide ?
Actions : Il va trouver le boulanger qui accepte de lui donner du pain contre de la farine. Commence alors une quête quile fera courir de personnage en personnage : le boulanger, le meunier, le paysan, le cheval, la terre, jusqu’à la rivière pour y chercher de l’eau, source vitale qui est à la base des cultures.
Situation finale : positive. On suit les périples de p’tit bonhomme qui est de plus en plus affamé, qui finira par donner à chacun ce qu’il lui doit pour obtenir son pain.

PRESENTATION DE L’EXTRAITCHOISI

Je vais vous lire un extrait qui se situe au début de l’action et qui permet de montrer la structure répétitive du récit ainsi qu’une partie du chemin parcouru par le héros.
Je vais lire cet extrait comme si je le lisais en classe de GS. Cependant je ne vais pas vous montrer les images puisque vous les avez à disposition. Mais avec les élèves, on pourra avoir une retranscription du texte (ouphotocopie) pour montrer les images en même temps que la lecture. Dans ma classe, j’aurais créé une atmosphère au niveau du coin lecture pour développer encore plus l’imaginaire chez les enfants.

A) Un conte qui nourrit l’imaginaire des enfants 

Une œuvre de littérature enfantine doit stimuler l’imagination de l’enfant et, en ce sens, elle prolonge le jeu. La grosse faim de p’titbonhomme mobilise et enrichit l’imaginaire de l’enfant de deux manières : par la forme (le récit) et par l’univers créé (la fiction).
➢ La forme du récit :

Tout d’abord le narrateur introduit le héros par une sorte de travelling avant partant de la rue, entrant dans la maison… pour faire un zoom sur le personnage… comme dans la Poésie de Paul Eluard « Dans Paris ». Ce type de formule permet demettre en mouvement les pensées de l’enfant. L’histoire est ainsi centrée sur ce p’tit bonhomme.
C’est un récit en randonnée par juxtaposition: le héros est renvoyé d’un personnage à l’autre pour satisfaire sa demande. Il est énumératif, court et les situations s’enchaînent. (La cause est mise en mots « parce que j’ai faim » : construction logique importante.)
Le chemin qu’il parcourt est le filconducteur du récit et l’enchainement des rencontres ponctue l’histoire de manière régulière et répétitive.
Chaque épisode de la randonnée est relaté avec les mêmes structures de phrases : l’auteur utilise la répétition. (cf percheron) : ce sont des formulettes proches des comptines comme « Parce que j’ai faim ! » ou « X donne moi…que je donnerai à Y qui me donnera…. ». Ces répétitions tempèrentpar leur familiarité la part d’inconnu présent dans le récit. Elles soulignent les séquences de l’action et peut permettre à l’enfant de mieux s’approprier le récit. La structure répétitive laisse le temps à l’enfant de réaliser ce qui se trame et de le rendre complice.
Ces répétitions sont en plus soulignées par la typographie très expressive : la taille, la couleur et l’utilisation de...
tracking img