La guerre en accusation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2002 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation

Depuis l'Antiquité la guerre est perçue par les populations comme négative . En effet, elle est la cause de nombreux désagréments plus que de plaisirs, désagréments telles que la mort de nombreux hommes, une multitude de blessés , et enfin une violence des sens, donc morale. D'autre part, les batailles détruisent un grand nombre de biens, tant matériels qu'économiques, àl'exemple des villes, des habitations, des plantations. Cette liste n'est évidemment pas exhaustive.
Finalement, la guerre est un traumatisme pour une civilisation qui met toujours un certain temps à panser ses blessés et sa mémoire.
C'est pourquoi un événement comme la guerre peut être dénoncé.
Le conflit abrite une responsabilité perçue, vécue comme une faute, que la population accuse d'être lacause de tous les méfaits qu'elle lui inflige.
Or la population dispose de plusieurs moyens pour dénoncer la guerre : des outils littéraires, cinématographiques et picturaux.
Parmi ces outils, le témoignage vécu et la fiction sont des formes de dénonciation.
Donc, entre la fiction et le témoignage vécu, quel est le meilleur moyen pour dénoncer la guerre?

Pour élucider cette question ,nous allons d'abord analyser les aspects positifs puis négatifs du témoignage vécu, et ensuite , les aspects positifs et négatifs de la fiction .

Le témoignage vécu fait l'objet de notre première étude. Il présente divers avantages, comme celui d'une proximité avec le témoin .
En effet quand le témoignant relate ce qu'il a vécu au cours de ses années de guerre, il ne raconte pas seulementde simples faits mais il y a dans ses paroles une grande part de son ressenti personnel, ce qui permet au lecteur de se rapprocher du témoin car le témoin partage ses sentiments et les lui transmet . Il en ressortira de nombreuses émotions chez le lecteur, qui s'identifie et se sent par conséquent proche du témoignant.
Prenons l'exemple d'un extrait du journal d'Anne Frank, alors qu'elle écrit le10 mars 1943 : « J'ai toujours aussi peur des coups de feu et des avions. On ne s'entend même plus parler, tout les canons tonnent». Ici , le lecteur peut se mettre à la place de cette jeune fille et ressentir tout un condensé d'émotions, telles que la colère , la révolte, la tristesse, le dégoût , l'effroi , la compassion etc … . Un enfant de onze ans pourra facilement s'identifier à AnneFrank, ayant la même tranche d'âge qu'elle, quand elle écrit, malgré qu'il y ait un écart de cent ans ou plus. Enfin ce qu'exprime Anne Frank est fort et peut donc toucher son lecteur.
Le destinataire entretient alors une certaine proximité avec la personne qui témoigne mais aussi avec les faits racontés : «Le temps a bien changé, j'entends les canons et ça tonne sans intermittence et d'une façoncolossale et pourtant nous sommes loin de la ligne de feu. J'ai vu deux gros obus éclater derrière nos batteries. », disait André Récapet, un militaire. Dans cet extrait, le lecteur accède à cette violence sonore : « j'entends les canons et ça tonne sans intermittence ...» et visuelle : «J'ai vu deux gros obus éclater derrière nos batteries.».
De plus, le témoignant utilise ici un vocabulairetrès fort pour exprimer ce qu'il a vécu : «tonne» «colossale» «ligne de feu» «éclater».
Il en est de même pour le témoignage de Moshe Bhir, qui dénonce alors clairement le SS Wagner : «C'était un bel homme, grand et blond, un pur aryen […] Sa soif de tuer n'avait pas de limite. J'ai assisté à des scènes terribles que j'en ai des cauchemars jusqu'à aujourd'hui. Il arrachait des bébés de leur mèreet les écartelait de ses mains nues. Je l'ai vu battre deux hommes à mort avec son fusil, parce qu'ils n'avaient pas exécuté ses ordres convenablement, car en fait ils ne comprenaient pas l'allemand». Dans cet extrait, nous voyons apparaître un vocabulaire fort de la violence physique : «tuer», «arrachait», «écartelait», «battre (...) à mort». Mais on peut constater que cette violence est aussi...
tracking img