La guerre en accusation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1953 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Convaincre, persuader, délibérer : la guerre en accusation
Corpus de textes

I / Question

Ces quatre textes dénoncent la guerre. Vous analyserez les différents procédés littéraires utilisés à cette fin.

Ces quatre textes ont en communs le thème de la guerre, très réutilisés par les auteurs quelque soit leur époque. Nous trouverons dans ces textes avec l'utilisation de diversprocédés littéraires, un projet commun, qui est de convaincre, persuader et dénoncer la guerre.

L'article "Paix" de Damilaville, tiré de l'Encyclopédie, est pour moi celui qui met le plus en avant les méfaits de la guerre. L'article se fonde sur un parallélisme entre guerre et paix, construit sur une image antithétique. La guerre est comparé à une maladie, et associée au champ lexical del'abandon et du deuil : "dépeuple", "terres incultes et abandonnées", "perte", "plaies profondes" tandis que la paix est décrite comme contribuant à la "bonne santé" de la nation, avec des termes pareil à "force nécessaire", "bonheur" et "guérir". La guerre est ici construite à partir de son antithèse, la paix. Tout deux sont personnifiés : "fais le désordre", "donne de la vigueur" afin que le lecteurs'en fasse une idée plus nette.
Nous retrouvons dans "La guerre de Troie n'aura pas lieu" de Jean Giraudoux la même place accordée à la rhétorique que dans le texte précèdent, mais de façon plus prononcée, sachant que celui-ci utilise le dialogue comme arme de confrontation. Jean Giraudoux confronte ici deux thèses opposés : La défense de la vie, soutenue par le personnage d'Andromaque, face àPriam qui défend la guerre, au nom du courage civil. A l'inverse du texte de la Bruyère, ici, le personnage de Priam envoi les hommes à la guerre et la demande d'Andromaque n'y changera rien. En outre, le choix d'Andromaque, voix féminine, pour condamner la guerre, n'est pas innocent, c'est le symbole de la maternité, de l'être qui donne la vie. (Andromaque est d'ailleurs une figure symbolique demère.) Le dialogue argumentatif que nous propose ici l'auteur défend également la cause des femmes que la guerre prive de leurs maris : "laissez-nous nos maris". L'emploi de phrases exclamatives et interrogatives dans les répliques d'Andromaque, illustre son angoisse et sa volonté d'éviter la guerre : "Quand ce ne serait que l'orage!", "Pourquoi voulez vous que je doive Hector à la mort d'autreshommes?", "Comment un pays pourrait-il gagner dans son honneur et dans sa force en les perdant tous les deux".
De plus, Jean Giraudoux associe les humains et les animaux : "les bêtes", "les loups", "cerf ou aigles" afin de souligner le côté sauvage de la guerre. Andromaque se désole de ne pouvoir convaincre Priam à la ligne 21 avec l'interjection "Oh".
Dans la réplique " vos maris et vos pères,il n'y a que deux façons de se rendre immortel" Priam veut annoncer ses raisons prouvant qu'il est bon de faire la guerre.
Relevons également la dernière réplique de Priam : "Ma fille, la première lâcheté est la première ride d'un peuple", métaphore montrant que Jean Giraudoux dénonce ici la justification de la guerre.
La Bruyère dans "Du souverain ou de la République" prononce unecritique ironique des hommes et insiste sur le caractère éternel de la guerre en l'associant à "l'Antiquité". Il rappel notamment l'omniprésence de celle-ci avec les expressions "dans tous les siècles", "toujours", "de tout temps" ou bien "de siècle en siècle". L'auteur procède par antithèse, en opposant les monstruosités de la guerre à ses justifications possibles : "pratique de ces règles, la manièrede se détruire". Il souligne les ravages de la guerre avec la gradation des verbes "se dépouiller", "se brûler", "se tuer", "s'égorger les uns les autres" qui semble mimer la folie guerrière.
Ainsi, les hommes sont désignés par les termes qui révèlent la perte : "veuves" et "orphelins".
L'on peut relever également utilisation du terme "antiquité" afin de qualifier la guerre tout comme le...
tracking img