La guerre froide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2436 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Grande Alliance préservée à Yalta (février 1945), à Nuremberg (novembre 1945 - octobre 1946), et à propos des nouvelles frontières en Europe et en Palestine, se désagrège dès 1947 avec l'annonce quasi-simultanée des doctrines Truman pour les Etats-Unis et Jdanov pour l'URSS. Ces doctrines marquent l'avènement de la Guerre Froide qui va se maintenir jusqu'en 1962.
1 le grand schisme

1.1L'escalade de la méfiance

Cette escalade est le fait de la combinaison de plusieurs facteurs :
L'endiguement américain au nom de la doctrine Truman : A travers la doctrine Truman, les Etats-Unis annoncent qu'ils s'engagent à aider financièrement et matériellement tout gouvernement qui lutte contre le communisme dans son propre pays. La doctrine Truman constitue donc la déclaration de guerrefroide américaine. Elle trouve une application directe dans la guerre civile en Grèce et l'envoi d'argent et d'armes par les Etats-Unis aux royalistes grecs.
L'aide Marshall proposée dès juin 1947 est le prolongement de ce principe : par cette aide, les Etats-Unis entendent soulager la misère de l'Europe en ruines et ainsi endiguer l'expansion du communisme. Cette aide est refusée par l'URSS,l'Europe de l'Est et la Finlande.
La poussée soviétique en Europe Centrale : De son côté, l'URSS conforte ses positions en Europe Centrale. Les zones d'influence provisoires héritées de la Seconde Guerre Mondiale amènent en effet l'URSS à être présente en Roumanie, Bulgarie, Pologne et Hongrie. Les communistes, avec l'appui de l'URSS, y noyautent les fronts nationaux (stratégie du cheval de Troie),éliminent les autres partis (stratégie du salami) et évincent leurs chefs : c'est le cas de Mazaryk et Benès en Tchécoslovaquie (Coup de Prague, 1948). La Tchécoslovaquie devient ainsi la cinquième démocratie populaire, coulée dans le moule soviétique. Seules la Finlande et la Yougoslavie résistent à la satellisation. Les PC européens sont encouragés par le Kominform (créé en septembre 1947) à garderune ligne de conduite d'intransigeance.

1.2 La coupure du monde et de plusieurs Etats

La conséquence la plus visible de Guerre Froide est la constitution de deux blocs antagonistes autour de l'URSS et des Etats-Unis. Cette bipolarisation va se faire au détriment de l'unité de plusieurs Etats qui vont être eux aussi coupés en deux.
Le cas de l'Allemagne : à l'issue de la guerre, Berlin faitl'objet d'une occupation quadripartite. En 1948, les Alliés décident de mettre en circulation une nouvelle monnaie, le Deutschemark. L'URSS riposte en organisant le blocus de Berlin de juin 1948 à mai 1949. Berlin est sauvé de la famine par la mise en place par les Etats-Unis d'un pont aérien qui permet de ravitailler la ville. L'URSS est mise en échec et lève le blocus. Les alliés réunissentleurs zones d'occupation pour fonder la RFA en mai 1949, tandis que la zone d'occupation soviétique constitue la RDA en octobre 1949
Le cas de la Chine : le 1er octobre 1949, Mao Zedong profite des tumultes européens pour fonder la République Populaire de Chine qui sera désormais opposée à la Chine Nationaliste de Chiang Kai-shek qui se replie à Formose et obtient avec l'appui américain de garder lesiège permanent au Conseil de Sécurité de l'ONU
Le cas de la Corée : au lendemain de la guerre, la Corée est divisée en deux Etats : au Nord du 38ème parallèle, le gouvernement communiste de Kim II Sung et au Sud, le gouvernement violemment anti-communiste de Syngman Rhee. Suite à l'invasion du Sud par les troupes communistes en juin 1950, la Corée du Sud en appelle à l'ONU pour régler cetteagression caractérisée. L'intervention des Etats-Unis en tant que troupes mandatées par l'ONU ne suffit pas à contrebalancer l'envoi massif des "volontaires" de la Chine Populaire. La guerre de Corée se termine en 1953 par un retour au statu quo ante (armistice de Pan Mun Jom). C'est la première fois que les Etats-Unis participent à une guerre sans la gagner.
Le cas du Viêt-nam : les Français...
tracking img