La guerre d'algerie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 55 (13518 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA GUERRE D'ALGERIE

Prologue (1945-1947) :

La proximité des côtes languedociennes et provençales, l'importance des intérêts français, la présence d'une importante colonie (près d'un million de personnes d'origine chrétienne ou juive, et de statut civil français pour environ 8 millions et demi de musulmans en 1954), ont habitué à considérer l'Algérie comme indissolublement liée à l'avenir dela Métropole. Cette satisfaction n'est pas de mise. Elle oublie la violence et les difficultés d'une conquête vieille de moins d'un siècle. Elle ignore totalement les aspirations des élites musulmanes, à peu près totalement écartées des responsabilités, en particulier par les dispositions qui lient l'octroi de l'intégralité des droits civiques à la renonciation au statut personnel musulman. Elleméconnaît la misère et l'éloignement de la masse des paysans algériens. Elle sous-estime la force des sentiments identitaires qui amène, en particulier, l'immense majorité à rejeter le statut personnel français comme une apostasie, sans doute culturelle et nationale autant que religieuse, sentiments que ne suffisent pas à dissiper les contacts amicaux que, malgré tout, ont pu entretenir deséléments privilégiés des différentes communautés. Dans l'entre-deux guerres sont apparus les principaux mouvements de remise en cause : les modérés de Ferhat Abbas, d'abord tentés vers l'assimilation, mais qui, déçus par l'absence de réformes évoluent de plus en plus vers la conception d'une certaine autonomie ; les Ulema du cheikh Ben Badis, religieux qui revendiquent moins l'indépendance que lareconnaissance de la personnalité arabo-musulmane d'une nation algérienne différente de la nation française ; les radicaux de Messali Hadj (Étoile nord-africaine, puis Parti du peuple algérien ou P.P.A.) partisans d'une indépendance immédiate.

La guerre précipite l'évolution : l'effondrement de mai 1940, l'épisode de Mers El-Kebir, la défaite de Vichy en Syrie et au Liban et son occupation parles Britanniques, l'apparition des armées américaines au Maghreb, sont, en dépit des efforts des Français libres, puis de l'armée d'Afrique, autant de témoignages cruels d'une déchéance française qui peut paraître sans remède. Si les espoirs nourris par certains nationalistes de voir balayé l'ordre colonial d'avant-guerre par une victoire des troupes de l'Axe disparaît dès 1943, les proclamationsdes vainqueurs semblent autoriser des perspectives encourageantes pour la majorité d'entre eux. Dans les derniers mois de la guerre, beaucoup de Maghrébins espèrent que la Conférence de San Francisco, destinée à établir la Charte de la future organisation (mai 1945) proclamera leur droit à l'indépendance. D'autres font plutôt confiance à la Ligue arabe, fondée au Caire le 22 mars 1945, et à laquellel'émancipation des pays arabes tiendra longtemps lieu de programme.

Les revendications des Algériens sont résumées dans un texte essentiel, l'Algérie devant le conflit mondial. Manifeste du Peuple algérien (12 janvier 1943), qui réclame une constitution propre, impliquant l'égalité complète des Européens et des musulmans, mais aussi une réforme agraire, et la reconnaissance de l'arabe commelangue officielle. Élaboré par Ferhat Abbas, ce texte est complété, à l'initiative de Messali Hadj, par un additif (Projet de réformes faisant suite au Manifeste du Peuple algérien) qui fait allusion à la « nation algérienne », et exige que la future constitution soit, non pas octroyée, mais élaborée par une assemblée constituante. A ces demandes, le Comité français de libération du général deGaulle répond par le statut du 7 mars 1944, qui reprend des dispositions envisagées, mais non appliquées, par le Front populaire de 1936 (projet Blum-Viollette), en accordant en particulier à 70.000 musulmans la citoyenneté et l'accession au collège électoral des citoyens français (dit « premier collège ») sans modification de leur statut personnel, promesse étant faite aux autres d'une...
tracking img