La guerre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1730 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chikungunya

La première épidémie due au virus Chikungunya a été décrite en Tanzanie en 1952. Le virus tire son nom de la langue Makondée cela signifie « qui marche courbé en avant », et évoque la posture adoptée par les malades en raison des intenses douleurs articulaires. L'infection par le virus Chikungunya, transmise à l'homme par des moustiques, a depuis continué à évoluer sur un modeendémo-épidémique sur les continents africain et asiatique, en particulier en Inde depuis 2006 (environ 2 millions de cas avérés et suspects à ce jour), et dans l'Océan Indien (en 2005-2006, et très récemment, au printemps 2010, sur l'Ile de La Réunion). Elle a en outre fait son apparition en Europe, touchant près de 300 personnes  en Italie en septembre 2007.

Epidémiologie
Afrique et Asie
Levirus Chikungunya est un arbovirus (virus transmis par les arthropodes), dont les vecteurs sont des moustiques. C’est, plus précisément, un alphavirus de la famille des Togaviridae. Son aire de distribution s’étend à toute l’Afrique sub-saharienne et à l’Asie du Sud-Est. En Afrique, le virus est maintenu au sein d’un cycle forestier faisant intervenir des primates et des moustiques sylvatiques(Aedes luteocephalus, Aedes furcifer ou Aedes taylori). En Asie, où son introduction serait plus récente, le virus circule dans un cycle essentiellement urbain qui implique les moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus.
Depuis la description initiale en Tanzanie, le virus Chikungunya a été régulièrement à l’origine de petites poussées épidémiques cycliques en milieu rural, principalement enAfrique australe et de l’Est, de l’Ouganda à l’Afrique du Sud et en Afrique Centrale. La dernière épidémie importante est survenue en 2007 au Gabon, où 5000 cas sont suspectés. Le virus Chikungunya est plus rarement trouvé en Afrique de l’Ouest, en particulier au Sénégal. Il est considéré comme endémique en milieu rural en Afrique, où il est probablement responsable de nombreux cas non diagnostiqués.Parallèlement, des poussées épidémiques ont été observées en Inde, au Sri Lanka, en Asie Sud-Est (Thaïlande, Myanmar, Vietnam, Laos, Cambodge, Indonésie, plus récemment Malaisie) et aux Philippines. Quelques cas sporadiques ont été signalés à Singapour en 2009. Une importante vague épidémique frappe l’Inde depuis janvier 2006 avec quelque deux millions de cas cas suspects enregistrés à ce jour². Lafréquence plus importante des épidémies en Asie peut être reliée au caractère anthropophile des moustiques vecteurs en cause.
Le diagnostic d’infection à Chikungunya, avec parfois l’isolement du virus, est également posé chez des voyageurs revenant de zone d’endémie.Les derniers cas répertoriés en France revenaient d’Asie et de Madagascar.
Océan Indien
Dans l’Océan Indien, aucune activité duvirus Chikungunya n’avait été détectée avant le début de l’année 2005. Le virus, vraisemblablement importé par des voyageurs en provenance d’Afrique de l’Est, a entrainé une épidémie aux Comores dont l’origine a été élucidée en partie par le diagnostic d’infection récente dans la population comorienne de Marseille. La transmission vectorielle du virus a probablement été assurée par Aedes aegypti,moustique considéré comme prédominant aux Comores. En mars 2005, l’épidémie s’est propagée rapidement dans l’île de La Réunion à partir du Nord-Ouest, avec une flambée importante entre fin avril et début juin puis une persistance de la transmission virale durant l’hiver austral. Sur cette île, la transmission du virus est assurée principalement par le moustique Aedes albopictus qui s’y estrépandu grâce à sa grande plasticité écologique puisqu’il colonise indifféremment les zones urbaines et sylvatiques, les gîtes artificiels et naturels. Au total environ 270 000 personnes auraient été infectées, pour une population totale de 750 000 habitants. En parallèle, dès fin mars 2005, les îles Seychelles, Maurice et Mayotte ont été également touchées par l’épidémie de virus Chikungunya, avec...
tracking img