La guerre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (788 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet type 1 : texte argumentatif
Maupassant
La guerre !... se battre ! égorger !... massacrer des hommes !... Et nous avons aujourd’hui, à notre époque avec notre civilisation, avec l’étendue descience et le degré de philosophie où l’on croit parvenu le génie humain, des écoles où l’on apprend à tuer, à tuer de très loin, avec perfection, beaucoup de monde en même temps, à tuer de pauvresdiables d’hommes innocents, chargés de famille et sans casier judiciaire. [...]. N’aurait-on pas honni tout autre que Victor Hugo qui eût jeté ce grand cri de délivrance et de vérité ?
« Aujourd’hui laforce s’appelle la violence et commence à être jugée ; la guerre est mise en accusation. La civilisation, sur la plainte du genre humain, instruit le procès et dresse le grand dossier criminel desconquérants et des capitaines. Les peuples en viennent à comprendre que l’agrandissement d’un forfait n’en saurait être la diminution ; que si tuer est un crime, tuer beaucoup n’en peut pas être lacirconstance atténuante ; que si voler est une honte, envahir ne saurait être une gloire.
Ah ! proclamons ces vérités absolues, déshonorons la guerre. »
Vaines colères, indignation de poète. La guerreest plus vénérée que jamais.
Un artiste habile en cette partie, un massacreur de génie. M. de Moltke[1], a répondu un jour, aux délégués de la paix, les étranges paroles que voici :
« La guerre estsainte, d’institution divine, c’est une des lois sacrées du monde ; elle entretient chez les hommes tous les grands, les nobles sentiments : l’honneur, le désintéressement, la vertu, le courage, et lesempêche en un mot de tomber dans le plus hideux matérialisme. »
Ainsi, se réunir en troupeaux de quatre cent mille hommes, marcher jour et nuit sans repos, ne penser à rien ni rien étudier, ni rienapprendre, ne rien lire, n’être utile à personne, pourrir de saleté, coucher dans la fange, vivre comme les brutes dans un hébétement continu, piller les villes, brûler les villages, ruiner les...
tracking img