La guerre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2641 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet 1 : La nature de l’homme nous conduit-elle à la guerre ou à la paix ?
- les mots-clés : le mot « nature » est polysémique, et l'exploitation de ce champ sémantique nuancera et enrichira les arguments. Rappelons que le mot « nature » peut désigner l'ensemble des caractères qui définissent un être ou une chose (ce qui est inné, spontané, par opposition à ce qui est acquis). Le mot «nature » recouvre aussi, bien entendu, l'ensemble des choses perçues, visibles, en tant que milieu où vit l'homme, et l'on n'oubliera pas d'évoquer cet aspect.

- la problématique : la guerre est-elle un fléau inévitable ?

Citations à utiliser :

1. « Un prince doit n'avoir d'autre objet ni d'autre pensée, ni s'approprier d'autre art que celui de la guerre.» (Machiavel, Le Prince)2. « Les hommes sont capables de vivre ensemble en se conformant à la loi naturelle qui n'est autre que la raison » (Locke, Second Traité du gouvernement civil).

3. « L'état de paix entre des hommes vivant côte à côte n'est pas un état de nature, celui-ci est bien plutôt un état de guerre » (Kant, Projet de paix perpétuelle, p. 27; sur ce thème, voir aussi les pages 78, 105, 119).

4. «L'état de nature, c'est la guerre de tous contre tous.» (Hobbes, Du citoyen).

5. « L'homme n'est en santé, c'est-à-dire dans son état naturel, que lorsqu'il jouit de la paix » (Damilaville, article Paix de l'Encyclopédie).

6. « La perversité enracinée dans la nature humaine saute aux yeux si on examine les États dans leurs mutuels rapports extérieurs.» (Kant, op.cit., p.105).7. « Nous l'avons belle, pour en finir avec tracas et combats, et tirer dehors la Paix, que nous chérissons tous, avant qu'un nouveau pilon vienne se mettre en travers ! Allons, les travailleurs de la terre et du négoce, des chantiers et des ateliers, les implantés, le gens du dehors et d'outre-mer, venez ici, toutes les nations, dare-dare, avec des pioches, des leviers et des câbles ! C'est lemoment pour nous d'emporter le morceau - occasion providentielle !» (Aristophane, La Paix, p.443).

8. « Quand je vous dirais que j'aime la paix et que je hais la guerre, cela ne me distinguerait pas assez de tous ces amis de la paix qui ont fait la guerre avec la pleine approbation d'eux-mêmes, bien mieux qui l'ont voulue, et qui se sont livrés naïvement aux passions. Ce qui me fait voir qu'ilsaimaient la paix par passion aussi; et ne comptez pas plus sur une passion que sur le beau temps. (Alain, De quelques illusions des amis de la paix).

9. « ... la grande ouvrière la nature sous le cours mécanique de laquelle on voit briller de la finalité qui fait surgir, du sein même de la discorde parmi les hommes, et malgré leur volonté, la concorde.» (Kant, op.cit., p.63).

10. « Lecantique le plus sublime qu'on puisse entendre sur la terre, c'est le bégaiement de l'âme humaine sur les lèvres de l'enfance. Ce chuchotement confus d'une pensée qui n'est encore qu'un instinct contient on se sait quel appel inconscient à la justice éternelle.» (Hugo, Quatrevingt-treize, III, 3, I).

Organisation du plan :

Thèse : La nature peut nous conduire à la guerre...

1. L'étatprimitif de l'homme est celui de l'hostilité (l’agressivité).

2. La nature des États veut la guerre.

Les conflits politiques incessants ont généré cette vision réaliste et cynique des principes auxquels obéissent les États, guidés par leurs tentations nationalistes et leurs intérêts économiques.

ex : la guerre en Iraq est en fait une guerre pour le pétrole.

Antithèse : Lanature peut nous conduire aussi à la paix

A. L'homme est naturellement pacifique.

On pourra penser à la nostalgie de l'âge d'or de l’humanité, mais aussi la tendance de l’homme à se faire des amis ou à vivre en groupe...

B. La paix a pour elle une évidence de bien-être.

Force est de constater que l'aspiration massive des peuples est du côté de la paix, où s'épanouissent les...
tracking img