La jeunesse iranienne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1359 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La jeunesse Iranienne
L’Iran, est un pays situé au Moyen-Orient, entouré par l’Afghanistan, l’Iraq, le Pakistan, le Turkménistan. Au nord, ses frontières s’arrêtent aux frontières de la Turquie, de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan, pays ou les conflits sont permanents. L’Iran gouverne de façon très dure voire totalitaire ses quelques 62 millions d’habitants. Un régime dicté par le conservatismeislamique. Quelle est le rôle et la place de la jeunesse en Iran ? Comment se résume la vie de cette jeunesse ? Comment fait-elle face aux restrictions des libertés qui lui sont imposées ? Sur quels points, le gouvernement devrait-il revenir pour sortir son pays du mal-être social ?
On observe une jeunesse (15-29 ans), de l’après révolution islamique, très engagée politiquement. Représentant plusde 35 % de la population, la jeunesse constitue de ce fait une réelle influence du point de vue démographique. Depuis le baby-boom, l’Iran devient alors un des pays les plus jeunes au monde. Face à cette explosion démographique, l’Iran doit réformer. Cette jeunesse, marquée (entre autre) par la guerre contre l’Irak (certains soldats n’étaient alors pas plus âgés que 8 ans..), commence à réclamerdes changements politiques, économiques et sociaux dès les années 90. Amenant à l’élection du président réformateur Mohammed Khatami en 1997 ; On aurait pu voir en lui une lueur d’espoir face au conservatisme islamique. Or, celui-ci fut loin d’accomplir ce qu’il avait promis. Face à cette déception, la jeunesse boycotte les élections de 2005 pour montrer leur mécontentement. Cependant, ce boycotteeut pour contre-effet de laisser place à l’ultraconservateur Mahmoud Amhadinejad à la tête du gouvernement, des résultats très contestés, les autres candidats dénoncent une « fraude massive ». Or la contestation est considérée comme une attaque directe contre le gouvernement. Celui-ci n’hésite pas à sévir. En effet, les manifestations menées par les Etudiants sont très réprimées, certains sonttués, d’autres incarcérés. Dans un pays où le gouvernement contrôle tout, on pourrait se dire que le système académique, lui, reste un « lieu sûr ». Or comme en témoigne Ali, la répression va jusque dans les salles de cours. Les étudiants sont alors confrontés à un choix crucial : « militer ou étudier ». En effet, pour une manifestation, un étudiant peut-être exclu de l’université. On y observe un« bureau de sécurité » sur chaque campus, ainsi qu’une milice civile fidèle au gouvernement, rappelant aux étudiants de « rester dans les rangs ». Déjà qu’il est difficile d’accéder à l’enseignement supérieur, les étudiants sont dans la crainte perpétuelle de voir tous leurs efforts réduit à néants pour une « simple » revendication au droit à la liberté.
L’Iran doit réformer avant tout sa politiqueéconomique. Le chômage est bien trop important en Iran, 70% des chômeurs sont des jeunes. C’est alors le système éducatif qui doit être remis en cause : pourquoi, même après avoir été diplômé, les Iraniens ne peuvent trouver d’emploi stable avant 3 ans minimum ? Quand est-il pour les non-diplômés ? Sans oublier la discrimination vis-à vis des femmes, les préjugés sur celles-ci persistent, lescoutumes doivent être respectées. De plus, la précarité s’installe de plus en plus, ce chômage chronique pourrait être évité s’il n’était pas aussi simple de licencier.
Comme nous pouvons l’observer dans l’ensemble des sociétés, le chômage peut conduire l’individu à certains comportements déviants comme la drogue, l’alcool, la prostitution ou encore se réfugier dans un mariage (précoce) amenant bienévidemment à un divorce, celui-ci très mal vu par l’idéologie Islamique. Le chômage étant bien trop élevé, et la jeunesse bien plus instruite et consciente qu’auparavant, on peut assister au phénomène du Brain-Drain (fuite des cerveaux) vers les pays Occidentaux. En effet, d’après le FMI, l’Iran constitue un des pays où le plus d’instruits décident de « s’échapper ». Comment s’épanouir...
tracking img