La jeunesse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3430 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Claude Berger | Livres | Articles |
Marx, l'Association,
l'Anti-Lénine
vers l'abolition du salariatLa révolte de la jeunesse
extrait, p. 84-91La révolte de la jeunesse est étroitement dépendante des institutions qui la suscitent. Et là il faut, après la famille, interroger le rôle de l'école dans le système. Il est de former des individus pour le salariat, donc d'intérioriser la nécessitéde l'oppression d'État, agent de la division sociale et de la division du travail ; il est de produire les individus selon les lois marchandes de la concurrence (notations, diplômes, concurrence des universités entre elles, sinon des écoles religieuses et laïques) pour en faire également des individus consommateurs de biens individuels et de relations sociales, soumis à l'État. La répartition endeux réseaux (court et long), répartition qui ne date pas d'hier, correspond étroitement aux nécessités des rapports de travail dans l'économie.D'un côté, l'école formera des individus soumis à l'oppression et à l'exploitation, de l'autre, des individus agents conscients ou inconscients de l'extorsion de plus-value de savoir, de pouvoir, de temps libre, et de la domination culturelle. Mais à cesdeux filières qui font de l'école un appareil au service de la classe dominante, il faut en ajouter une troisième qui les atteint toutes deux.C'est l'école en tant que « forme de classe », en tant que machine du salariat, en tant que machine oppressive, en tant qu' « usine » à produire les individus pour le salariat (et non pas seulement pour l'exploitation). Or les effets de la crise du salariat, dela crise du travail indifférencié (voir plus loin) se font ici sentir directement. L'atomisation et la décomposition de l'existence liées au travail salarié affectent l'enfant de façon intensive. L'oppression de l'école révèle une contradiction criante avec le développement réel communautaire et productif de l'enfance. Cette oppression s'exprime sous deux formes inconscientes et conscientes :celle du rebut, celle du refus.L'école apparaît alors comme une machine à faire du rebut social : des « inadaptés », et du refus : refus de la jeunesse de s'intéresser à des activités qui préparent à des rôles insoutenables : la soumission ou la participation au procès d'extorsion de la plus-value, du pouvoir, du savoir, du temps libre, c'est-à-dire au salariat.Ce refus et ce rebut atteignent lesdeux réseaux traditionnels, court et long, prolétarien et bourgeois, de l'enseignement.La crise de l'École n'est donc pas le produit conscient de la classe bourgeoise. Elle est le point le plus sensible des effets de la crise du salariat lui-même (1).La jeunesse, par sa situation, est donc à la croisée de deux contradictions, celle de l'école, celle de l'évolution des moeurs. Vis-à-vis d'elle, il estdonc dans l'ordre des choses que la bourgeoisie soit partagée en trois camps.L'un oppressif-répressif à la vieille manière, l'autre occupé à vendre (le marché d'une jeunesse « libérée » est bien plus important que celui d'une jeunesse qui ne l'est pas), l'autre prête à se montrer permissive tout au moins pour la jeunesse bourgeoise, en recherchant le nouveau consensus social d'État quiintégrerait le jeu sexuel adolescent dans la société capitaliste moderne, sous la forme d'une nouvelle « consommation » sans conséquence révolutionnaire. Que la réalité de l'évolution des moeurs en ce qui concerne la jeunesse soit contradictoire et non unilatéralement « révolutionnaire », l'évolution américaine en témoigne ; cette « évolution-contestation » n'a pas suffi en elle-même à provoquerl'effondrement social et à révolutionner la vie.Dans la production de la jeunesse au sein de la famille et de l'école, production qui a pour fin l'individu étatisé et l'individu consommateur, ces deux aspects sociaux de l'individu salarié, le ratage éducatif concerne la mutation qui de la dépendance à l'égard de la satisfaction du besoin affectif caractéristique de l'enfance mène à l'indépendance du don...
tracking img