La légalité

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 42 (10369 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le principe de légalité c’est que l’administration a beau être dans la main de l’État ou d’autres personnes publiques, mais elles ne peuvent pas faire ce qu’elles veulent. Dans l’histoire, l’État est tout puissant. L’idée mm d’un État limité par le droit est exceptionnelle. Le roi avait un pouvoir quasi absolu. L’idée de l’État démocratique est qu’il est limité par le droit. L’État s’autolimite.Mais en fait c’est le droit individuel de chacun qui limite les droits = État de droit. Quand l’État est marqué par une autolimitation c’est un État de police. Conséquence importante dans le droit administratif, parce que c’est lui qui doit limiter l’État. Le quotidien de l’État de droit est le droit administratif. Dans un deuxième titre: responsabilité administrative, principe de responsabilité.L’État se sent responsable quand il cause un dommage à un individu. On a différentes personnes publiques. Responsabilité (Blanco ; Commune de Batz-Sur-Mer) TIRE 1 LE PRINCIPE DE LA LEGALITE, L' ADMINISTRATION SOUMISE AU DROIT Ce qui pose problème: - Quels arguements seront apportés , pour donner raison au client? Au fond les normes du dessus doivent être respectées par la situation que jeconteste. C'est ça qui va constituer l'ensemble des arguments au contentieux. Cette hiérarchie des normes est facile quand on sait que la loi est au dessus des réglements. Complexe néanmoins pour le contrôle juridictionnel. Savoir quel juge contrôle quoi , n'est pas facile. - Deuxieme questions compliquée, les rapports de normes, rapports de systéme,(un systéme juridique c 'est en quelque sorte unepyramide, comment faire pour ceux externes) Il y a une différence entre le droit international en général et le droit communautaire. Le principe de légalité , signifie que l'administration est soumise à la loi. Non , c'est principe de légalité au sens large du terme, l'administration est soumise à bien plus que la loi, elle est soumise au droit. Cet ensemble de droit qui s'applique à l'administration.Une norme , une phrase courte ou longue, qui va vouloir changer la situation. Ça devient juridique quand l'Etat, va sanctionner ,ex pour fumer, à l'inverse le fait de prendre des notes en amphi est l'application d'une norme juridique. Dès qu'une norme prescriptive peut etre sanctionnée, elle est forcément quelque part. La conséquence, est que le citoyen va pouvoir se défendre et utiliser ce droitcontre l'administration, et obliger l'administration à appliquer le droit . D'ailleurs c'est pour ça que le droit doit etre accessible, le conseil constitutionnel a reconnu un principe d'accessibilité et d'intelligibilité de la loi dans une décision du 16 décembre 1999, par ex légifrance. On a érigé en service public, l'idée de pouvoir accéder au droit. On va essayer de le rendre compréhensible parles citoyens. Ça a notamment été fait par la codification. On a multiplié les codes pour que les citoyens, puissent mieux comprendre le droit.

CHAPITRE 1 : LA HIERARCHIE DES NORMES ET LA PLACE DU JUGE DANS SON CONTROLE

Au départ, la hiérarchie des normes, c'est une théorie universitaire. C'est Hans Kelsen, théoricien juif qui est parti aux USA, qui a fait une théorie pure du droit ReineRechtlehre. Il a réfléchi sur comment s'agencait les normes en général. On va trouver un système, qu'est ce que c'est que le droit . A bien y réfléchir, le droit c'est une fiction, ça n'existe pas, c'est une construction intellectuelle, qui va avoir une influence. Le droit est en lui même avant tout intellectuel, en disant les regles sont sous forme de hiérarchie. aujourd’hui cette hiérarchie desnormes, est concréte, elle est acceptée, par les systemes juridiques, et c'est comme ça qu'on comprend le droit, les juges utilisent le systeme de hiérarchie des normes. Section 1 : les sources de la hiérarchie des normes PARAGRAPHE 1 : HANS KELSEN ET LA THEORIE PURE DU DROIT Donc Hans Kelsen (1881-1973), va chercher à présenter le droit sans référence à des aspects moraux ou idéologiques. Avant,...