La langue gauloise grammaire textes et glossaire.odt

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4638 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
2009-11-14T00:00:00 (logo) Web Moving Images Texts Audio Software Patron Info About IA Projects | | | (navigation image) |
2009-11-14T00:00:00 Home | American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Open Source Books | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections |
2009-11-14T00:00:00 Search:Advanced Search | Anonymous User (login or join us) | Upload |

2009-11-14T00:00:00
See other formats
Full text of "La langue gauloise : grammaire, textes et glossaire" m

COLLECTION POUR [ÉTUDE DES ANTIQUITÉS NATIONALES

II

LA LANGUE GAULOISE

PAR G.DOTTIN

amammama

PARIS
HBRAnilE CKimCKSIECK

m-r-

/t'uijui TldàSiâ^

LA LANGUE (GAULOISEPrécédemment paru dans la même collection.

G. DoTTiN, Les anciens peuples de l'Europe, in-H^ relié, 6 fP.

COLLECTION POUR L'ETUDE

DES

ANTIQUITÉS NATIONALES

II

LA LANGUE GAULOISE

COLLECTION POUR L'ÉTUDE DES ANTIQUITÉS NATIONALES
II

LA

LANGUE GAULOISE

GRAMMAIRE, TEXTES ET GLOSSAIRE

Georges DOTTIN

DOYEN \>V. LA IACH.TK I>I:s I.KTTl^RS DE HENNES

PARISLIBRAIRIE C. KLINCKSIEGK

M, RUE DE LILLE, H
1918

Tous droits réservés.

Copyright }>ij C. Klincki^leck, 191 S.

Le livre de M. DoUin renferme tout ce que nous
savons de la langne gauloise, c'esl-à-dir€ de la langue
parlée dans la Ganie, il y a deux mille ans, par les
peuples qui s'appelaient les Gaulois.

Ce que dous savons de celle langue est malheureu-
sement fort peu dechose : quelques; mots, conservés
par les Anciens ; beaucoup de noms propres, dont le
sens est souvent douteux ; un lot assez restreint d'in-
scriptions, plus faciles à déchiffrer qu'à traditire. Si
le vocabulaire ne nous est point inconnu, la strucliire
de la langue, qui est l'essentiel, nous échappe à peu
près complètement. Ce livre, si copieux soit^il, n'est
donc qu'un monumentd'attente en vue d'un avenir
qu'on a le droit d'espérer.

Je dis qu'on a le droit d'espérer un avenir qui nous
fera connaître, de la langue gauloise, beaucoup de ce que
nous ignorons. La manière dont nous avons appris ce
que nous savons d'elle est, en effet, une très sûre garan-
tie que des faits nouveaux et importants viendront,
à très bref délai, satisfaire notre curiositéscientifique.
Regardez, dans le livre de M. Dottin, l'ignorance en
laquelle, au xvi^ siècle, on vivait de la langue gau-
loise ; l'étonnement dans lequel, il y a moins d'un
siècle, la découverte des premières inscriptions cel-
tiques plongea nos plus anciens maîtres ; la surprise

et la joie à moitié délirante où nous mit, il y a moins
de vingt-cinq ans, le calendrier de Coligny ; la stu-peur avec laquelle on accueillit, quelques années
après, la tablette magique de Rom, la première
inscription renfermant quelques phrases en langue
celtique. Si le livre de M. Dottin avait été composé
en 1880, il n'eût pas eu vingt pages. Il en a plus de
deux cents, dont pas une n'est inutile. L'enrichisse-
ment rapide de nos connaissances nous fait présager
de très glorieux lendemains.On peut dire que ce livre
travaille surtout pour annoncer et hâter l'avenir.

Voilà pourquoi nous avons été heureux que
M. Dottin consacrât une très longue partie de son
livre à des études historiques sur l'érudition es lettres
celtiques. D'abord, l'histoire de cette érudition est un
chapitre de l'humanisme, de l'esprit scientifique, ou,
plutôt, de l'acheminement progressif del'esprit vers
des conclusions scientifiques, et rien de ce qui touche
aux efforts intellectuels de nos ancêtres ne doit nous
être indifférent. Puis, M. Dottin nous montre les
erreurs qu'on a commises dans la méthode ou dans les
conclusions, et connaître des erreurs c'est se rappro-
cher de la vérité, l^nfin, il y a pour nous un encou-
ragement à constater tout ce que l'on ignorait il...
tracking img