La langue, un instrument politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1198 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La langue comme instrument politique

Amorce

« Il est interdit de parler breton et de cracher par terre » : affiche placardée dans les écoles, illustration (soumise à caution) de la politique d’assimilation linguistique effectivement menée par l’Etat français sous la IIIe République.
La « novlangue » imaginée par Orwell dans son roman 1984 (paru en 1948) : le contrôle et la manipulation dela langue comme instrument de contrôle politique et de police de la pensée au service de l’Etat totalitaire.
→ Deux exemples qui ont en commun de réunir de façon ambiguë réalité et fiction, et d’illustrer, en les poussant à l’extrême, les liens existant entre langue et politique, entre langue et domination.

Questions, problématisation

Constat : la langue, au sens d’idiome , a toujoursfait l’objet de politiques volontaristes : des ordonnances de Villers-Cotterêts en 1539 à la rédaction d’une Charte européenne des langues régionales et minoritaires en 1992, en passant par l’élimination des patois entreprise sous la Révolution.
Question : à quelles préoccupations ces politiques linguistiques obéissent-elles ? Quels enjeux la question de la langue recouvre-t-elle, suffisammentgraves pour justifier de telles interventions sur un champ apparemment éloigné du champ politique, le champ linguistique ? En quoi la question de la langue est-elle éminemment politique ?

Annonce du plan

Si la langue est un problème politique, c’est d’abord parce qu’elle fonde la communauté politique. Elle est l’un des vecteur d’identification politique, partie prenante des processus deconstruction et d’assimilation nationales, enjeu central des nationalismes étatiques ou dissidents (I).
Vecteur d’identité, la langue est aussi un instrument de pouvoir et d’affirmation de l’Etat. L’unification linguistique du territoire et de la population, comme l’exportation de la langue vers les pays colonisés, ont été les outils de la domination étatique (II).
Enfin, au risque d’élargir laquestion à celle, plus générale, des liens entre langage et politique, nous tenterons de montrer qu’en deçà des grandes constructions politiques que sont l’Etat et la Nation, se déroule à travers la langue un jeu éminemment politique : celui de la reproduction, dans les rapports sociaux et la conscience des individus, de l’ordre social et politique dominant (III).

I. Invention d’une langue communeet construction de l’identité politique

A. Langue nationale et création de la nation

La langue est un élément (parmi d’autres) du « kit » identitaire national.
_Exemple français : l’invention de la nation française sous la Révolution a rendu nécessaire une politique d’assimilation linguistique. Plus récemment, la non-ratification de la Charte européenne des langues régionales etminoritaires, déclarée inconstitutionnelle, est une réaffirmation de la fiction républicaine d’une nation « une et indivisible ».
_Autre illustration des liens entre la langue et l’identité politique : la place des langues régionales dans les revendications linguistiques des nationalismes dissidents (ex. du mouvement régionaliste breton : le maintien et la promotion de la langue bretonne est au cœur duprojet de préservation de la culture régionale)
_La nation n’est qu’un type de communauté politique parmi d’autres. Plus largement, la langue est le moyen d’expression d’une identité sociale, culturelle, politique (langue des cités, des contre-cultures, de)

B. Le processus identitaire : imposition, légitimation, intériorisation

L’existence d’une langue nationale unique ne va pas de soi, à sontour elle fait l’objet d’un travail politique de construction, de codification, de valorisation, d’inculcation, qui vise à imposer et à légitimer son usage. Les moyens de l’assimilation linguistique sont très divers, plus ou moins violents et coercitifs. Ils jouent en grande partie sur des mécanismes sociaux d’intériorisation et de conformation à la norme, et sur les calculs « rationnels » des...
tracking img