La lecon ionesco

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1835 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I Une leçon « particulière »

A/ Structure de l’extrait : conversation duelle
les deux personnages : deux personnages occupent l’extrait, et ceux-ci sont les deux personnages principaux de la pièce ; un troisième personnage, La Bonne, apparaît de temps à autre, mais garde un rôle d’arrière-plan
l’apparition du premier symptôme de déliquescence de l’élève : cet extrait se distingue del’ensemble de la pièce par l’apparition du premier symptôme de l’élève, à la fin de l’extrait, le « mal aux dents » (plainte de l’élève qui revient à trente-quatre reprises)
l’incohérence textuelle : le texte se développe sans logique propre, et en cela reprend les principes de La Cantatrice chauve, la précédente pièce de Ionesco. De fait, dans la pièce, le professeur passe sans transition del’arithmétique à la philosophie, en passant par les sciences du langage. Ici, nous nous arrêtons sur la linguistique, sans que rien de véritablement intéressant ne nous soit livré.

B/ L’archi-domination de la figure du professeur
le rapport de force en masse de dialogues : distinguer visuellement la force de parole du professeur par rapport à l’élève, à partir de la taille des répliques, selon le principequ’au théâtre, celui qui parle est toujours en situation de force par rapport au personnage muet
la direction du discours : le professeur mène le discours : il pose les questions, choisit les sujets qu’il va aborder, fournit même souvent les réponses aux questions qu’il pose. Il est entièrement maître de la parole théâtrale, et donc de la scène ; de fait, l’autre personnage disparaîtral’interruption du discours adverse : voir tous les impératifs (souvent des ordres) qui exécutent le discours adverse, qui tente de timides percées. Tuer le discours de l’autre, au théâtre, c’est déjà en partie le tuer. De fait, il la tuera par la suite physiquement, après avoir annihilé son discours

C/ Mutisme et soumission de l’élève
la fonction complétive : voir les répliques de l’élève quicomplètent celles du professeur, notamment au début « phonèmes » ou ensuite « dans les oreilles des sourds »
le discours errant : un autre discours de l’élève se met en place dans cet extrait, un discours qui exprime en lui-même la perte de ce même discours. Apparaît de fait les premières occurrences de la litanie qui va scander la fin de la pièce « j’ai mal aux dents ». Le discours errant se forme defait par circonvolutions et retour sur lui-même.
« Oui, monsieur » : le « Oui, monsieur » est une réplique à catégoriser à part dans le discours de l’élève. Il indique et la soumission de celle-ci qui agrée aux enseignements de son professeur, et signale également une déficience du discours de l’élève, qui s’en remet au discours du professeur

D/ Le dialogue de sourds
fausses répliques àl’italienne : une réplique à l’italienne est une réplique qui se forme en réponse à la réplique qui la précède, généralement en en reprenant un terme ou une expression. La fonction complétive du discours de l’élève obéit visuellement à ce code théâtral, mais sans en remplir la fonction plénière. De fait, ces répliques de l’élève ne structurent ni ne lient le texte, mais au contraire le diffractent etl’émiettent.
poétique de l’aposiopèse : une aposiopèse est une interruption du discours, un « blanc », signalé généralement en littérature par des points de suspension. Beckett, à la même époque que Ionesco, en fera un usage très fréquent. On en trouve ici un certains nombres, introduisant des blancs et donc des défaillances dans le dialogue théâtral qui se trouve dès lors mis à mal
la théâtralité enpéril : cette impossibilité de créer un véritable dialogue dans cet extrait (mais ceci est à maints égards valable pour l’ensemble de la pièce), met la théâtralité en péril, en ce que la théâtralité d’un texte repose sur son efficace mise en scène (à cet égard les drames romantiques d’un Hugo ou d’un Musset bénéficient d’une théâtralité très faible, du moins problématique). Ici,...
tracking img