La lecture de l'enfance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1413 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Français : travail d’expression Personnelle.

Dés mon plus jeunes âge, ma famille me lisaient des histoires, se relayant pour partager avec moi se moments si sacré. Ce plaisir réciproque nous émerveillais tous, que se soit moi ou mon lecteur, le romancier. Même si certain avaient du mal à trouver les mots, d’autres nous inventaient un monde magique ou leur imagination nous laissaisrentrer dans un monde extraordinaire, tant et si bien que plusieurs fois par jours, venant de moi ou de mes différents lecteurs, nous en redemandions. Certains de mes orateurs me contais des histoires tristes, d’autres d’amours, de suspens, et toutes je les adorais ! Bref, j’aimais les histoires. Mais au fur et à mesure que le temps avance, mais différents lecteurs ne prenait plus le même plaisirs àm’effrayer, me consoler, me chouchouter devant les horribles monstres qu’il m’inventait… Même leurs monstres n’était plus aussi terrifiant, leurs ogres méchant, et le petit garçon était devenu bien moins courageux qu’auparavent ou il y a un 1 an a peine, il avais tué la vilaine sorcière pour sauver le village. Tout avais changé… Les histoires n’avaient plus les mêmes saveurs qu’autrefois, sibien que je n’en demandais même plus avant de me coucher… Etait-ce moi ? Moi qui avait pris marre que se soit les gentils qui gagnent bien trop souvent contre les mauvais ? Hé bien la réponses, je ne l’ai sut que quelque temps plus tard en allant passer un week-end chez ma grand-maman… C’était par un soir venteux d’automne, et alors que je montais pour me coucher au lit, elle vint me trouver,étonnée que je ne l’aie pas fait moi même, pour me lire un histoire… je n’ai pas osé lui dire que les histoires ne me prenaient plus avec autant d’ardeur qu’avant… Elle vient s’asseoir sur mon lit, comme faisait autre fois mes parents, et elle commença… Son histoire se finissa une demie heure plus tard après que le lion roi gagna l’ultime bataille contre son frère Scar qui voulais s’emparer deson pouvoir… –Et Waw, je n’en revenais pas, j’avais aimé, plus même ! J’avais littéralement engloutit ses moindres paroles, imaginés la moindre partielle de poussières qu’elle me faisait imaginer et j’en restais toujours bouche-bée ! J’aimais toujours les histoires, et quand j’ai demandé alors à ma grand-maman pourquoi je n’appréciais plus guère les histoires de chez moi, elle me fit gentimentcomprendre avec le plus grands tact dont j’avais besoin, que tout doucement ils s’en étaient lassé et qu’à présent, c’était à moi de prendre la relève… Apprendre à lire. Pendant qu’elle m’avouait ce que mes proches n’avais pas eut le courage de me dire, je revoyais défiler devant moi des moments qui aurait put me mettre la puce à l’oreilles, que mes anciens lecteurs se laçaient de me raconter deshistoires… « Va-ranger ta chambre, si non tu n’aura pas d’histoire se soir », ou encore « tu peux faire ça ou ceci a ma place ? je te lirais une histoire après si tu veux » . Le chantage, sans que je m’en rende compte, s’était malgré moi confortablement installé, m’éloignant d’avantage de mon évasion littéraire. J’aurais sans doute put comprendre plus tôt, mais quand on ne veux pascomprendre et qu’on est persuadé que l’on détient la vérité, vérité tant aimée, on ne cherche pas à savoir si cette vérité persiste. Mais le fait était là ; mes proches n’aimaient plus tant me conter des histoires, et moi je les adorait toujours autant. J’ai donc commencé à me raconter des histoires, inspirées des livres bien sûre, mais des images bien plus que les lettres… Les années passant et mon goûtpour la lecture ne cessant d’augmenter, tant et si bien que mon éblouissement et mon sourire permanent collé jusqu’aux oreilles lorsque j’ai appris à écrire mes premières lettres, mes premiers mots, devaient se remarquer auprès de tous, l’orthographe étant déjà à cette époque loin d’être ma tasse de thé. En effet, autant j’aimais me raconter des histoires, autant écrire ou lire des mots...
tracking img