La lettre de gargantua a son fils

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (871 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Maintenant toutes disciplines sont restituées, les langues établies. Le grec, sans lequel c'est une honte de se dire savant, l’hébreu, le chaldéen, le latin. Des impressions si élégantes et sicorrectes en usage, elles qui ont été inventées de mon temps par inspiration divine, comme, à l’inverse, l'artillerie l’a été par suggestion diabolique. Le monde entier est plein de gens savants, deprécepteurs très doctes, de bibliothèques très amples, si bien que je crois que ni au temps de Platon, ni de Cicéron, ni de Papinien, il n’était aussi facile d’étudier que maintenant. Et dorénavant, celuiqui ne sera pas bien poli en l'officine de Minerve ne pourras plus se trouver nulle part en société. Je vois les brigands, bourreaux, aventuriers, palefreniers de maintenant, plus doctes que lesdocteurs et prédicateur de mon temps.
Même les femmes et filles ont aspiré à cette louange et à cette manne céleste de la bonne science. Si bien qu’à mon âge j'ai été obligé d'apprendre le grec, non queje l’ai méprisé comme Caton, mais je n'avais pas eu la possibilité de l’apprendre en mon jeune âge; et volontiers je me délecte à lire les Traités moraux de Plutarque, les beaux dialogues de Platon,les Monuments de Pausanias et les Antiquités de Athénée, en attendant l'heure qu'il plaise à Dieu mon créateur de m'appeler et ordonner de sortir de cette terre.
C’est pourquoi, mon fils, jet'admoneste d'employer ta jeunesse à bien profiter dans tes études. Tu es à Paris, tu as ton précepteur Epistémon : l'un peut te donner de la doctrine par ses instructions vivantes et vocales, l'autre pardes exemples louables. J'entends et veux que tu apprennes les langues parfaitement : d’abord la grecque, comme le veut Quintilien. Puis la latine. Puis l'hébraïque pour l’Ecriture sainte, ainsi que lachaldaïque et arabe. Et que tu formes ton style, pour la grecque et l'imitation de Platon, et pour la latine, de Cicéron. Qu'il n'y ait d’histoire que tu n’aies présente à la mémoire, à quoi...
tracking img