La lucidité peut-elle nous rendre malheureux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2419 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
| |
| |
||
| |
||
| |
||

Dissertation de philosophie

« La lucidité peut-elle nous rendre malheureux ? »

C’est une qualité, état de ce qui est lucide, ou de celui qui voit les choses nettement, qui conçoit clairement les questions. La lucidité a des bons et des mauvais côtés, elle n'est pas un état permanent. Pourquoi être lucide ne permetpas d'être heureux? Car penser par soi-même fait que l'on se rend compte à quel point il est moins confortable de devoir se forger sa propre opinion, plutôt que de pouvoir laisser les autres penser à sa place et se rallier à leur point de vue. Découvrir que tout n'est pas rose comme les marchands de soupe de la télé aimeraient nous le faire croire est aussi une source d'insatisfaction, parce qu'onsait à quel point les dés sont pipés dans une société où soit disant chacun a sa chance.
Il est comme la liberté, toujours incomplet, imparfait, sans cesse soumis à des remises en question et lorsque enfin nous y parvenons, on peut être sûr que cette lucidité nous échappera l'instant d'après.
Nous, nous demanderons si la lucidité est une contrainte au bonheur. En effet, être vigilant de toujourss’inscrire dans la réalité, n’est-ce pas être condamné au malheur? Partant de ce constat, sommes-nous plus heureux dans l’illusion ? Mais, ne pas avoir la faculté de concevoir clairement notre bonheur n’est-il pas la preuve d’un bonheur illusoire ?
De plus, être lucide c’est être en état perpétuel de recherche de vérité que requiert la liberté, donc si nous sommes lucides, nous sommes libres : lalucidité n’est pas une contrainte mais une obligation.
Nous allons tout d’abord chercher à comprendre pourquoi la lucidité apparaît dans un premier temps comme une contrainte au bonheur puis nous verrons dans un second temps de notre réflexion que, c’est la lucidité qui nous permet de parvenir à un bonheur véritable.
Enfin nous allons voir enfin dans ce troisième et dernier temps de laréflexion que la lucidité poussant à l’action, c’est elle qui nous permet de nous réaliser pleinement et atteindre ainsi un réel bonheur.

Être lucide, c’est avoir le souci permanent de se sortir de l’illusion pour atteindre la vérité. Pour cela, nous devons en premier lieu douter de tout, c’est le doute méthodique de Descartes. Nous pouvons déjà noter que cette première étape nous oblige àremettre en cause tout ce que l’on nous a inculqué auparavant, y compris tout ce qui composait notre bonheur ainsi l’exercice de lucidité apparaît comme une annulation de notre bonheur. Descartes décrit d’ailleurs à l’issue de ce doute une sensation de noyade, représentative d’une certaine souffrance or la souffrance est ce qui s’oppose au bonheur si l’on a une conception “négative” de celui-ci...