La marche de l'apprenti

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1279 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
Notre vie est marquée par la marche. Des premiers pas de l’enfant, fêtés par tous, aux derniers du vieillard, nous ne cessons de nous déplacer, pour avancer et nous élever, parfois pour reculer ou dévaler. La définition de la marche n’est-elle pas « l’action de se mouvoir en posant un pied devant l’autre », mais aussi « l’accessoire qui permet de gravir ou descendre » ?
Ce gesteanodin et quotidien, nous ne le faisons pas tous et toujours de la même manière. En fonction des circonstances ou de nos envies, nous marchons vite ou lentement, de manière décontractée ou solennelle. A chaque fois cependant, on part d’un point d’origine, on réalise un parcours et on arrive à une destination.
C’est en étudiant chacun des stades de cette voie (celle qui va du point d’origine à celuide la destination en traçant un parcours) que je souhaiterais aborder ma réflexion sur le symbolisme de la marche de l’Apprenti.

1ère partie – L’origine, au seuil du temple
L’origine tout d’abord, au seuil du Temple. Observons l’attitude de l’Apprenti, car sa posture ne peut être dissociée de sa marche. C’est bien l’ensemble qui a un sens, et pas seulement les trois pas qu’il va accomplir. Ilse tient droit, avec rectitude, le corps et le regard nettement tournés vers l’Orient, la main sur la gorge, le bras bien horizontal et les pieds à l’équerre. C’est une posture géométrique, qui demande une rigueur et une précision toutes mathématiques. D’ailleurs, on peut observer que les pieds ainsi disposés forment un triangle équilatéral, celui que l’on inscrit dans un cercle en géométrie.L’Apprenti démontre ainsi qu’il a commencé à chercher, à apprendre ses premières leçons. Il n’est qu’au début du chemin, mais déjà il fait preuve de vertu. Car il se doit « d’être d’équerre », par ses actes comme par sa pensée.
Cette attitude hiératique a plusieurs fonctions.
La première d’entre elles est la préparation de l’Apprenti, une préparation de l’esprit par la discipline du corps. Lorsqu’ilse met à l’ordre et s’apprête à marcher, l’Apprenti suit un rite qui le dispose à passer du monde profane à celui du Sacré, qui lui permet d’atteindre une disponibilité d’esprit et d’ouverture aux symboles, qui l’incite à la rupture avec le monde extérieur et l’invite au recueillement.
La seconde des fonctions de cette gestuelle est de montrer son appartenance à la Fraternité. On retrouve cetteidée dans le Rituel par la bouche du Vénérable, qui apprend au nouvel initié que « les équerres, niveaux et perpendiculaires sont de véritables signes de reconnaissance pour un Franc-Maçon ». L’attitude de l’Apprenti, tout comme les trois pas débutés du pied gauche qui suivront la mise à l’ordre, sont autant de signes qui permettent de vérifier ses qualifications.
Au seuil du Temple, donc,l’Apprenti soumet son corps et ouvre son esprit. Il est confronté au jugement de ses Frères, qui seuls peuvent le reconnaître comme Maçon. Alors seulement, ainsi préparé après cette mise en condition, il peut marcher et progresser sur le parcours qui s’ouvre à lui.

2ème partie – Un parcours, les trois pas
Quel est-il, ce parcours ? Il est avant tout malaisé, difficile. La marche est maladroite, commeeffectuée dans les ténèbres, à tâtons. Les symboles reviennent alors comme une aide, et invitent à méditer sur la difficulté de la tâche.
A partir de la posture de départ que nous venons de décrire, c’est-à-dire à l’ordre, l’Apprenti effectue trois pas égaux, le pied gauche s’avançant en premier, le pied droit le suivant toujours à angle droit, dans un sens rectiligne. Dans ces trois pas, onretrouve l’équerre, le niveau, et la perpendiculaire. Par le rapprochement du pied droit et du pied gauche, l’Apprenti rapproche deux segments de droite épars, qui, lorsqu’ils viennent à se toucher, forment cette équerre. Celle-ci, à l’échelle de l’homme, est symbole de droiture, mais elle représente également, au-delà de l’Apprenti-Maçon, par la forme parfaite ainsi composée, le divin. On peut...
tracking img