La martine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1617 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Alphonse de LAMARTINE, Le Lac (Les Méditations poétiques (1820)
En 1816, à Aix-les-Bains, près du lac du Bourget, Lamartine a fait la connaissance de Julie Charles, qu’il va immortaliser sous le nom d’Elvire. L’année suivante, il revient dans ce paysage qui a été témoin de leur bonheur, mais cette fois il est seule. La jeune femme, épouse d’un célèbre physicien, n’a pu venir, elle est maladeet va bientôt mourir. Le battement régulier des flots sur la rive du lac ravive le souvenir des jours heureux, mais évoque aussi la fuite du temps. Rien ne dure, pas même les choses les plus pures. Le Lac est le poème le plus célèbre des Méditations poétiques. IL est devenu une sorte de symbole littéraire de la fusion romantique entre nature et sentiments.

Le poème se compose de 16 quatrains,ayant généralement trois alexandrins et un hexamètre. Seuls les sizains de la deuxième partie (strophes VI-IX) présentent la structure suivante : alexandrin, hexamètre, alexandrin, hexamètre. Toutes les strophes ont des rimes du type suivant : A-B-A-B.
Dans la première partie (strophes I-V), le poète médite sur le thème de la fuite du temps, tout en décrivant le lac et une promenade effectuéel’année précédente avec sa bien-aimée sur le lac, auquel il s’adresse comme on s’adresserait à un ami, à un confident.
Dans la deuxième partie (strophes VI-IX), Lamartine rappelle un discours prononcé par Julie Charles qui exprime avec force et tristesse le thème de la fuite du temps et invite à profiter de la vie.
Dans la troisième partie (strophes X-XII), le poète reprend en manifestant sa révolteles propos de Julie sur la fuite du temps.
Dans la dernière partie (strophes XIII-XVI), le poète s’adresse à la nature et après avoir médité une énième fois sur le caractère éphémère de toute chose humaine, il lui demande de garder au moins le souvenir de l’amour qu’ils ont éprouvé.
Dans la première strophe, le poète exprime avec une question rhétorique le sujet qui va dominer toute lacomposition, c’est-à-dire celui de la fuite du temps, en lui donnant pratiquement une connotation philosophique. Il le fait en utilisant des mots appartenant au vocabulaire marin (« rivages », « océan », « jeter l’ancre »). A noter que le poème commence par le mot « ainsi », comme pour donner la perception que le poème commence après une longue et profonde méditation. L’homme est poussé vers « la nuitéternelle » inéluctablement : rien ne peut arrêter le temps qui passe.
Dans la deuxième strophe, le poète s’adresse directement au lac et le tutoie comme s’il s’agissait d’un ami, d’un confident. Il évoque Julie [immortalisée dans d’autres compositions par le prénom Elvire, une sorte de pseudonyme, un senhal semblable à ceux des troubadours du Moyen-Age pour ne pas révéler le nom de la femme aimée,généralement la femme d’un autre] par le pronom personnel « elle » et si les flots sont « chéris », c’est parce qu’ils ont été témoins de cet amour. Le poète demande au lac d’observer qu’il vient « seul » (noter la position forte de cet adjectif à la césure du vers) s’asseoir sur une pierre que le lac connaît bien : c’est celle sur laquelle le poète et Julie allaient habituellement s’asseoir.
Dansla troisième strophe, Lamartine observe que la nature est actuellement agitée (« tu mugissais », « tu te brisais », « le vent… ») comme elle l’a été l’année précédente. A noter que l’on passe de sonorités rudes, par le biais de l’allitération en « r » (les 2 premiers vers) à des sonorités douces, en correspondance avec l’évocation de Julie (les 2 derniers vers). Les pieds « adorés » de Julie pourle poète sont un peu la reprise de « flots chéris » du vers 6. A l’adoration pour Julie correspond en quelque sorte l’adoration pour la nature.
Dans la quatrième strophe, le poète demande au lac de se souvenir d’une promenade silencieuse qu’il avait faite avec Julie. Ici c’est le troisième vers de la strophe qui contient l’allitération en « r », pour représenter le bruit des rameurs dans...
tracking img