La mer d'aral

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2803 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommaire

Page de titre p. 1

Sommaire p. 2

Introduction p. 3

La cause p. 4-5

L’irrigation p. 4-5

Les conséquences p. 5-8
Le climat et l’environnement p. 5-6

La faune et la flore p. 6-7

La santé p. 7

La pêche p. 7-8
Les mesures entreprises p.8-9
1995 p. 8

2001 p. 9

2009 p.9

Conclusion p.9

La bibliographie p.10

Annexesp.11-13

Carte de l'Asie Centrale p.11

Ex-URSS p.12

L'évolution de la Mer d'Aral p.13

Introduction

L’eau est une ressource des plus importantes à notre survie, elle représente environ 70% (1.4 milliards km3) de la surface totale de la terre, reparti ainsi :

← 97.2 % ( D’eau salée (mers, océans,...)
← 2.8 % ( D’eau douce (glaciers, rivières, fleuves, lacs,marais,…)

Certaines populations n’avaient pas conscience de l’importance d’avoir à disposition un point d’eau ce qui a engendré l'une des catastrophes naturelle et écologique des plus connues au monde.

Le dossier que nous allons élaborer consiste à expliquer, comprendre et informer les causes et les conséquences de l’un de ces phénomènes, qui est l'assèchement de la mer d'Aral. Cettemodification de la nature a été perturbée par l'homme[1].

La mer d’Aral touche deux pays, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Le résultat de cet assèchement atteint le climat, la faune et la flore, la santé de la population et la pêche. Tous ces sujets vous serons présentés.

Présentation des pays touchés

← Kazakhstan :
Le Kazakhstan est un pays indépendant depuis seulement 1991. Il se situeprincipalement en Asie Centrale et un peu en l’Europe. Sa superficie est d’environ 2'700'000 km2. La capitale de ce pays est Astana, ville d’environ 600'000 habitants. Le Kazakhstan a une population d’environ 16
millions d’habitants. Ils parlent le kazakh et ils paient avec des « tengues », leur monnaie nationale.

← Ouzbékistan :

L’Ouzbékistan est un paysindépendant depuis seulement 1991 également. Sa superficie est d’environ 447’000km2, bien inférieur au Kazakhstan. Il se situe en Asie Centrale. Sa capitale est Tachkent et la langue nationale est le « Ouzbek ».
Sa population est bien supérieur que le Kazakhstan, il y a environ 28 millions d’habitants.
(annexe n° 1)

La cause

L’irrigation

En 1959, les économistessoviétiques[2], EX-URSS (annexe n° 2) déterminent qu’il faut intensifier, développer intensivement la culture de coton dans la région (les cultures de coton étant déjà traditionnelles) afin d’accéder à une industrialisation plus conséquente et se démarquer de la concurrence[3]. Les soviétiques sont donc partis à la conquête des terres vierges afin d’amplifier leurs exploitations. Les vastes étenduesdésertiques qu’ils trouvèrent en Ouzbékistan et au Kazakhstan furent une mine d’or pour de nouveaux champs de coton et se firent donc propriétaires des ces terrains (millions d’hectares). Le climat désertique empêchait cependant la culture trop importante (manque d’eau) ; l’irrigation s’imposait. Ils trouvèrent leurs ressources d’eaux dans les fleuves d’Amou-Daria d’une capacité de 78 km3 et du Syr-Daryad’une capacité de 36 km3, qui ceux-ci se jette dans la mer d’Aral[4]. En échange de ces exploitations, les soviétiques donnèrent aux fournisseurs d’eau du pétrole et du gaz. Ces fleuves leur paraissait inépuisable mais la surexploitation trop importante pour l’irrigation provoqua un effet dévastateur : Les deux fleuves ne contribuaient plus à la régénération de la mer d’Aral, à tel point que lamer commença à s’assécher, se séparant peu à peu en deux bassins, nommée aujourd’hui :
← la Grande Aral
← la Petite Aral

Chacun des deux bassins sont alimentés par un fleuve (la petite mer au nord alimentée par le Syr-Daria et la grande mer au sud dans laquelle se jette l’Amou-Daria).
La surface da la mer d’Aral est passée de 68'000 km2 en 1960 à 3'300 km2 en 2008[5] (annexe n° 3)....
tracking img