La metamorphose

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2423 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La métamorphose de Franz Kafka
[pic]  Pacô le Sam 26 Mar - 23:47

[pic]

Synopsis :
Lorsque Gregor Samsa s'éveille, un matin, après des rêves agités, il est bel et bien métamorphosé. Doté d'une épaisse carapace d'où s'échappent de pitoyables petites pattes ! Lugubre cocasserie ? Hélas, ultime défense contre ceux qui, certes, ne sont pas des monstres mais de vulgaires parasites... Les siens.Père, mère, soeur, dont l'ambition est de l'éliminer après avoir contribué à l'étouffer... Ici, un homme se transforme en coléoptère monstrueux, là, un engin pervers tue avec application... Dans la colonie pénitentiaire, c'est l'expérimentation en direct. Une machine infernale s'acharne sur un soldat soumis. Une machinerie hors pair, digne d'un inventeur à l'imagination torturée ! --Ce texte faitréférence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Critique :
La métamorphose de Kafka est une nouvelle d'un absurde comico-tragique, du moins c'est ma définition, et c'est ce que l'on appelle actuellement : la prose kafkaènne tant elle est propre à ce personnage.

Outre le burlesque de la situation, suite à la surprise de cette drôle de métamorphose, Kafka nous convie àpénétrer sa propre réalité : ce n'est pas la peinture d'un pauvre représentant de commerce en tissu mais plutôt celle d'un auteur autrichien qui nous montre tous les conflits relationnels qu'il entretient avec sa sœur, sa mère et surtout son père. Par la métamorphose et le rejet de sa condition de scarabée, l'auteur nous propose tout simplement la métaphore du pauvre écrivain condamné à travailler auservice d'une assurance plutôt que d'exprimer pleinement son art.
Cette nouvelle est donc pour moi tout aussi comique que poignante : la triste finalité dans lequel ce bon vieux Gregor nous entraîne est frustrante. Jusqu'au bout l'on se persuade que la famille parviendra à concilier métamorphose et amour pour leur fils et frère ; eh bien non ! Kafka en a décidé autrement et nous montre à quel pointnotre société intolérante enfonce le vis : la famille se réjouira de sa mort, soulagée de pouvoir enfin quitter leur appartement et ne plus à subir la présence de leur propre fils.

Dans l'ensemble, cette métamorphose est consternante : avec l'art appliqué de Kafka pour nous faire passer du rire aux larmes, cet ouvrage nous ouvre les portes d'une réalité cuisante. Une société intolérante où lemoindre incident de parcours peut détruire des années de bonne figure, où les liens familiaux que l'on croit indestructible sont finalement aussi périssables que tout autre lien social et que les protagonistes de notre vie qui nous paraissent les plus doux et les plus confiants peuvent se permettre les pires cruauté au signe de notre défaillance.

A noter cependant que cette nouvelle ne se terminepas sur une note désespérée, puisque même si la condition finale de Gregor n'est certes pas enviable, la sérénité de l'individu devenu insecte doit nous apprendre beaucoup sur l'attitude à adopter en pareille situation !

L’étrangeté fantastique ou l’éloge du désamour…
Note : [pic][pic][pic][pic]
[pic]
   Cette nouvelle que le jeune Kafka écrira en 1912 reste l’une de ses œuvres majeures maisl’une des plus discutées aussi.
   
   Le récit s’ouvre sur le réveil de Gregor Samsa, fils d’une bonne famille aux parents en retraite, une petite sœur de dix-sept ans. Il se réveille comme tous les matins, s’apprête à aller au travail. Il subvient aux besoins de sa famille et s’en trouve heureux. Il aime travailler, il aime que sa famille compte sur lui. Il aime être celui qui s’occupe despapiers, des factures comme de toutes les difficultés que la vie peut présenter. Et tout le monde l’aime pour cela.
   
   Mais voilà ce que nous apprennent les toutes premières phrases : Gregor se réveille ce matin-là métamorphosé en un énorme insecte. Et il ne quittera plus cet aspect. Il va d’abord aborder cette situation très rationnellement face à une famille naturellement déconfite.
   ...
tracking img