La mondialisation conduit elle a une unifomisation culturelle en europe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2033 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La mondialisation a atteint une phase historique : celle dans laquelle les pôles de la croissance mondiale vont se diversifier. Or les problèmes de gouvernance qui en découlent sont exacerbés par l’incapacité des états nationaux à mettre en place les régulations transnationales qui s’imposent. A cet égard, l’Europe pourrait occuper une place spécifique, dans la mesure où elle a construit depuisun demi-siècle un projet de société transnationale qui devrait lui donner un rôle pivot dans cette phase historique. Mais ce projet semble avoir perdu son dynamisme, sapé qu’il est par les divisions entre états sur les finalités et par l’incapacité de l’Europe à déterminer ses frontières. Tout cela révèle son impuissance à reconnaître une identité commune.

LA MONDIALISATION OFFRE DESOPPORTUNITES DE CROISSANCE MAIS PATIT DE DEFICIENCES DE GOUVERNANCE

›› Un vrai régime de croissance mondiale est possible

Cette possibilité repose sur deux forces motrices. D’une part la transition démographique et d’autre part le potentiel que constituent les technologies de réseaux. La force de travail va diminuer dans les pays développés au cours des prochaines décennies et augmenter fortement dansnombre de pays en développement. Cette double évolution entraînera un redéploiement du capital humain potentiel dans ces pôles. Dans le même temps, les coûts des transferts de technologie de l’information vont baisser fortement du fait que ces technologies sont structurées en réseaux qui ont des rendements croissants. En effet, les dépenses de recherche, de développement des standards,d’installation des infrastructures sont des coûts fixes. Les coûts unitaires décroissent avec l’étendue des connexions de réseau qui permettent d’acheminer des flux de prestations de plus en plus élevés, tandis que les coûts marginaux variables sont quasi-nuls. Ceci entraîne un développement contradictoire qui fait coexister, dans les pays émergents, les technologies les plus avancées et les secteurs les plusarriérés. L’Inde en est l’exemple le plus frappant. Ces énormes disparités conduisent à des symptômes de dislocation sociale, comme on le voit en Chine notamment. Lorsqu’ils auront construit les institutions capables de contenir l’essor désordonné du capitalisme, les Etats continentaux à très grande population vont être les nouveaux pôles de croissance. Ils vont exercer un pouvoir d’attractionrégionale par la taille de leur demande des biens intermédiaires et finaux d’une part, par les opportunités d’investissements rentables d’autre part.

Ces tendances contradictoires pourraient rendre possible un échange intergénérationnel mutuellement avantageux au niveau mondial, entre les populations vieillissantes des pays développés et la forte croissance de la population jeune dans les nouveauxpôles de croissance. Cet échange devrait se traduire par le fait que le capitalisme des pays développés investisse massivement dans cette croissance des nouveaux pôles par transfert de capital. Mais c’est là que se posent des problèmes de gouvernance colossaux pour maîtriser les risques de cette interdépendance.

›› En même temps, la globalisation renforce les effets nocifs des inadaptations dupolitique

Soutenu par la globalisation financière, le néo-libéralisme inverse la hiérarchie entre le marché et le politique établi dans le cadre des Etats keynésiens de l’ordre de Bretton Woods qui régulait les économies et qui maîtrisait la finance. Menée dans ces conditions, la globalisation a conduit à un abaissement de l’Etat qui se manifeste par le fait que les choix collectifs, inscritsdans les budgets démocratiquement élaborés, sont soumis aux jugements des marchés de la même manière que les choix privés de n’importe quel agent économique. Cet abaissement de l’Etat rend très difficile la possibilité de construire des régulations transnationales maîtrisées par l’ensemble des Etats. D’où le déficit de politiques transnationales qui constitue un autre handicap pour maîtriser...
tracking img