La mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1140 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Au début des années quatre-vingt-dix, la fin du communisme et celle d’un monde bipolaire rendaient imaginable « la fin de l’histoire » en tant que lutte idéologique. Toutefois et notamment par l’incompréhension mutuelle née de l’antagonisme entre la vision occidentaliste et celle prônée par l’islamisme, le schéma multipolaire des dernières années s’apparente davantage à un « choc descivilisations » qu’à la vision idyllique de la mondialisation, celle d’un internationalisme orienté vers le dialogue entre les cultures. Cette conception dialogique, les États-Unis la récusent, compte tenu de leur prétention universaliste et expansionniste de la culture.

Au XXIe siècle, le terme mondialisation fait partie du vocabulaire courant et, s’il est capital de connaître les conséquences économiquesde la mondialisation néolibérale sur les économies nationales, il importe aussi d’être conscient de ses implications au niveau de la culture. À mon avis, la mondialisation actuelle s’apparente de plus en plus à la domination de la culture américaine à l’échelle de la planète.

Depuis plusieurs années, nous parlons de la « mondialisation » comme d’un phénomène récent et défini lorsqu’en fait,les échanges commerciaux sont mondialisés depuis l’époque moderne et les nouveaux termes que sont la globalisation économique, la mondialisation culturelle et la planétarisation écologique renvoient tous au concept de « mondialisation », quoiqu’ils équivaillent à des enjeux parfois contradictoires.

Dans son acceptation la plus générale, la mondialisation correspond à un changement d’échelle et deréférence dans tous les domaines de la vie sociale, politique et culturelle et elle pourrait conduire en conséquence à une circulation des biens culturels pour le bénéfice du plus grand nombre. Selon cette conception, le mouvement altermondialiste ne se définit pas en opposition à ce phénomène, mais il est en faveur d’une autre forme de mondialisation qui permettrait d’intégrer les laisser pourcompte, entre autres les pays du Sud, et les questions relatives à la culture.

Il me semble pourtant que plus est affirmé le caractère inéluctable de la mondialisation, plus c’est la « globalisation impériale » des États-Unis et sa vision universelle de la culture qui prend le dessus sur les autres formes de relativisme culturel. En d’autres termes, la vision américaine attend des culturesparticulières qu’elles s’effacent au fur et à mesure que progressent le droit, la raison et les valeurs de la culture dominante, supposée incarner l’universel.

À l’ère de la mondialisation, la domination culturelle américaine tend à démontrer que la culture est en danger au sens où les États-Unis imposent une vision du monde au reste de la planète à travers l’exportation du pouvoir symbolique del’américanisme.

Les avocats du néolibéralisme affirment que la mondialisation offre une hétérogénéité de choix aux consommateurs et si dans certains secteurs de la consommation une homogénéisation des choix se présente, le blâme doit en être imputé à l’acheteur, puisque par définition, les marchés sont démocratiques.

Cette rhétorique semble oublier les milliards de dollars dépensés par lesindustries pour façonner les goûts et les désirs des citoyens, en créant un processus de conditionnement auquel, il faut le souligner, les jeunes sont souvent les plus influençables. Cette vision est aussi favorisée par la concentration médiatique où l’on nous vend une image stéréotypée d’un style de vie.

Ce processus vise à universaliser les intérêts particuliers et la tradition particulière despuissances économiquement et politiquement dominantes et à étendre à l’ensemble du monde le modèle économique et culturel le plus favorable en le présentant à la fois comme une norme, un devoir-être, et une fatalité, un destin universel, de manière à obtenir une adhésion ou, au moins, une résignation universelles.

La prétention universaliste de la culture américaine et sa création d’une...
tracking img