La mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1851 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chap.1 – La mondialisation : aspects, facteurs et limites

Le manuel élèves est le Magnard

Introduction

La mondialisation est un terme récent mais le phénomène est ancien ; ce sont les Grandes Découvertes au XVIème siècle qui ont ouvert la voie. Aujourd’hui, les échanges sont de plus en plus denses et variés : flux commerciaux, humains, culturels… Deux facteurs ont surtout permis à lamondialisation de s’accélérer depuis les années 1980 : le libre échange et les progrès dans les domaines des transports et télécommunications. Il existe peu d’espaces dans le monde qui sont à l’écart de ce processus. Par ailleurs, la mondialisation implique aussi qu’un espace ou une population impose ses règles au reste de la planète, ce qui entraîne des réactions et des résistances.

→ Lamondialisation est dans de nombreux domaines bien avancée mais pourquoi est-elle inachevée ?

I- La mondialisation : des flux denses et variés

A- les échanges commerciaux (texte 3 p60 et doc 5)

→ le commerce mondial (importation et exportation X 23 depuis 50 ans) concerne trois grands groupes de produits
- produits bruts, matières premières : énergie, produits agricoles, produits à faiblevaleur ajoutée qui sont destinés à être transformés , en pourcentage, la part de ces produits dans le commerce diminue mais pas le volume ; le pétrole représente 1/3 de ces flux
- produits manufacturés : ¾ des produits échangés
- les services : services technologiques qui s’exportent : mise en orbite par la fusée Ariane d’un satellite pour une entreprise étrangère ; vente de brevets,logiciels, droits d’auteurs (des films américains par exemple)
- à ces trois groupes il faut ajouter le commerce illicite, difficile à chiffrer mais on estime à 15% du commerce mondial : il s’agit des contrefaçons (faux sac Vuitton, Lacoste, jeans Levis) ; des produits acheminés par circuits illégaux (cigarettes) ; enfin les produits illégaux (drogue, armes)

→ insérer un schéma : flux commerciauxdans le monde

B- les flux humains (carte p25)

→ flux de réfugiés
- migrations politiques, on fuit un pays car le régime en place les opprime ; le Haut Commissariat aux réfugiés en a recensé 30 millions ; aujourd’hui, on le restreint car on craint qu’elle cache une migration de nature éco

→ migration de travail :
-elle s’explique par l’écart de niveau de vie, de salaire entre despays (écart de 1 à 10 entre Pologne et Allemagne) , de 1 à 7 entre Mexique et EU ; ces flux sont essentiellement sud/ Nord (EU, UE) mais aussi Nord/ Nord (pays de l’est vers PI) et Sud/ Sud (vers pays pétroliers qui constitue un grand foyer d’accueil, Afrique du sud)
- flux de clandestins (entre 25 et 40 millions, on estime qu’il y en a 12 millions aux EU)
- conséquences desmigrations pour le pays d’accueil (démographique, éco, culturel), pour le pays de départ (aide au développement grâce aux remises)

→ flux touristiques
- en pleine expansion : 1950 = 25 M de touristes internationaux
2000 = 750 M
2015 = 1.5 milliard
- l’Europe et l’Amérique du nord sont les pôles émetteurs et récepteurs de touristes maisle tourisme concerne plus de personnes et plus d’espaces : la Chine pourrait dépasser la France (aujourd’hui 1er pôle avec 76 millions de touristes)

→ on peut insérer un schéma à l’échelle de la méditerranée qui sera un prochain chapitre : page 320
- représenter les flux de travailleurs, touristes, UE, littoral touristique, limite N/S

C- les autres flux « invisibles »

→ les flux decapitaux (on les estiment à 1500 milliards $ par jour qui quittent un pays pour aller dans un autre)
- la monnaie : elle est devenue un marchandise que l’on vend, que l’on achète, on spécule sur le marché des changes
- les IDE (investissements directs à l’étranger rachat d’entreprise à l’étranger en achetant des parts, des actions en bourse, d’immeubles, de terres...
tracking img