La mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2076 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1 PRÉSENTATION

mondialisation, mouvement d’internationalisation des économies et des sociétés induit par le développement des échanges dans le monde. On dit aussi « globalisation » (de l’anglais globalization).

La mondialisation traduit l’extension géographique des échanges, mais également l’extension du domaine de ces échanges : la mondialisation ne concerne plus seulement lesmarchandises, mais englobe les capitaux, la main-d’œuvre, les services, la propriété intellectuelle, les œuvres d’art. Le rôle des sociétés multinationales dans ce processus est déterminant, car elles apparaissent comme les principaux acteurs de cette internationalisation des relations économiques et culturelles, en particulier par les acquisitions et fusions qu’elles opèrent. Ce constat ne doit cependantpas conduire à négliger le poids des modifications institutionnelles qui ont accompagné ou favorisé ce mouvement. Les analystes mettent également en avant les progrès techniques intervenus dans le domaine des transports et des communications. Jusqu’à un certain point, cette mondialisation ne constitue que le prolongement de l’ouverture des économies que l’on observe depuis la fin de la SecondeGuerre mondiale. Cependant, les mutations de l’organisation internationale qu’elle engendre depuis les années 1990 ont fait franchir une nouvelle étape à l’interdépendance des économies et des sociétés du monde.

2 LA MONDIALISATION : ACTUALITÉ D’UN PHÉNOMÈNE ANCIEN

Les historiens signalent plusieurs phases dans le phénomène d’internationalisation de l’économie mondiale, depuis la périoded’ouverture des échanges avec le commerce au long cours et la conquête coloniale (XVIe siècle). Chaque phase est marquée par des progrès techniques dans la navigation maritime puis aérienne, le développement des télécommunications couplé à l’informatique (marine à voile, à vapeur, train à grande vitesse, télégramme, téléphone, Internet…). Les volumes de marchandises échangés et de données transmises ontété à chaque phase multipliés d’un facteur élevé et la croissance des échanges a systématiquement dépassé la croissance de la production intérieure : entre 1990 et 1998 le commerce mondial a « explosé » en augmentant de 55 p. 100. La mondialisation financière a aussi progressé de façon spectaculaire en raison de l’accroissement rapide des flux de capitaux (investissements directs ou deportefeuille) et du développement des bourses de valeurs, dont une bonne partie des transactions se fait désormais « en ligne », c’est-à-dire à peu près en temps réel (immédiateté de la transmission de l’ordre). Enfin, dans la dernière phase, la mondialisation semble se déplacer vers le domaine de la vie courante, affecter les modes de vie et les œuvres de l’esprit, par une mise en relation directe desparties du monde en un même moment et la possibilité d’interactivité. Ce phénomène, dynamique, souvent exalté par le discours suggestif de certains entrepreneurs, ou de certains journalistes se prête à des extrapolations vers un futur rêvé plus que réel.

3 LE POIDS DES SYMBOLES : LA COMPRESSION DU TEMPS ET DE L’ESPACE

L’accumulation rapide des nouvelles, certaines terribles (guerres,catastrophes…), la multiplication de l’offre de consommation informatique, mais aussi ludique, sportive, artistique, donne une impression d’accélération du temps, déjà signalée par Paul Valéry, mais répétée par beaucoup d’analystes de la mondialisation. Dans le domaine des relations internationales, certains ont pu de même prévoir avec la mise entre parenthèses des frontières, la « fin des territoires »(Bertrand Badie), parce qu’ils pensent que l’Etat-nation est définitivement dépassé et que la référence spatiale (territoriale) traditionnelle est en voie d’être remplacée par des réseaux supranationaux ou infranationaux. Ces représentations, même si elles ont probablement exagérées, ne sont pas sans intérêt. Les symboles ne sont pas à négliger, car ils expliquent, pour une large part, la nature...
tracking img