La mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 36 (8824 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA MONDIALISATION
Introduction :
« l’Euro fort oblige Airbus à produire hors Europe ». Ce gros titre, paru à la Une des Echos le 4 décembre 2007,
souligne en quelques mots les problématiques liées à la mondialisation et à l’ouverture des économies :
La question de la régulation : dollar faible ou euro fort ?
La question de la concurrence (Boeing/Airbus)
La question de l’émergencede nouveaux pays (la Chine notamment …)
La question de l’emploi et des délocalisations.
Mais qu’est-ce que la mondialisation ?
Jacques Adda la définit comme « l’abolition de l’espace national sous l’emprise d’une généralisation du capitalisme
avec le démantèlement des frontières physiques et réglementaires ».
Pour Charles Albert Michalet, elle correspond à «un phénomène économiquecomplexe et multidimensionnel qui
englobe à la fois la dimension des échanges de biens et de services, la dimension des investissements directs à
l’étranger (IDE) et la dimension de la circulation des capitaux financiers. Cette multidimensionalité ne doit pas être
conçue comme une simple addition de sphères différentes, mais comme des sphères qui interfèrent les unes sur les
autres. »
Si latendance à la mondialisation est inhérente au capitalisme, au fil du temps elle a pris des configurations
différentes (1ère partie). Nous nous interrogerons ensuite sur les débats actuels autour de la mondialisation. (2ème
partie)

I – La mondialisation économique, un phénomène vieux comme le monde capitaliste :

A – Approche historique de la mondialisation :
La mondialisation, ouplutôt l’internationalisation des économies est cosubstantielle au capitalisme depuis ses
origines : le marché mondial est l’horizon premier du capitalisme, comme l’avait remarqué Marx. L’historien
Fernand Braudel a montré, dans Civilisation matérielle, économie et capitalisme, comment le capitalisme s’est
d’abord constitué dans les circuits de l’échange international dans des « économiesmondes » qui transcendent les
frontières politiques et culturelles, avant de prendre sa forme moderne dans le cadre des Etats-nations. De même, les
travaux d’Immanuel Wallerstein tendent à montrer que le capitalisme s’organise à l’échelle de la planète articulant
ses différentes zones, hiérarchisant ses régions, articulant des centres et des périphéries.
A la limite parler de mondialisation neservirait pas à grand-chose, sinon à qualifier de façon tautologique l’évolution
du monde depuis ses origines.
Cependant des changements sont intervenus ces vingt dernières années qui permettent de parler aujourd’hui « d’une
mondialisation » et non plus d’une simple montée des interdépendances.

B – De l’internationalisation à la globalisation de l’économie :
Dans son ouvrage,Qu’est-ce que la mondialisation ?, Michalet distingue trois grandes configurations qui ont conduit
à la mise en place de la mondialisation (reprise par l’OCDE) : (voir tableau récapitulatif des trois configurations)

La configuration internationale (flux de biens et services)
La configuration transnationale (flux d’IDE et implantations à l’étranger)
La configuration globale (réseaux mondiaux)1 – La configuration internationale :

La justification de l’échange international par la théorie économique
La théorie du libre échange : théorie ou doctrine qui applique les thèses libérales aux échanges internationaux
préconise la spécialisation internationale et la suppression de toute entrave aux échanges. « Au laisser faire du
libéralisme concurrentiel correspond le laisserpasser du libre échange ».
On pourrait ajouter les vertus du « doux commerce »
Loi de l’avantage comparatif (David Ricardo, économiste anglais – Principes d’économie politique – 1817)
Chaque pays se spécialise dans la production pour laquelle il dispose d’un avantage relatif, c’est à dire où l’avantage
est le plus grand et le désavantage moindre.)
De plus, dans tous les cas, tous...
tracking img