La monnaie active et passive

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9642 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mai 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
La monnaie comme variable passive ou active et la politique monétaire
David Laidler, économiste invité
• Le rôle que joue la monnaie dans la transmission de la politique monétaire reste controversé. Certains voient en la monnaie une variable passive, qui réagit aux variations des prix, de la production et des taux d’intérêt; d’autres lui assignent plutôt un rôle actif dans la modification de cesvariables. Les résultats empiriques militent en faveur de l’assignation d’un rôle actif à la monnaie dans le cas de l’économie canadienne, surtout en ce qui concerne les agrégats au sens étroit, qui sont plus directement liés aux transactions. Les changements institutionnels peuvent engendrer, et ont effectivement engendré, de l’instabilité dans les fonctions de demande des agrégats au sens étroit,ce qui limite l’utilité pour la conduite de la politique monétaire de cibles explicites fondées sur ces agrégats. Néanmoins, il y a tout lieu de croire que la Banque du Canada aurait avantage à être plus attentive à l’évolution des agrégats monétaires au sens étroit qu’elle ne l’a été durant les années 1980 et 1990.

D





epuis huit ans, une cible en matière d’inflation, fixée conjointement parla Banque du Canada et le gouvernement fédéral, sert de point d’ancrage à la politique monétaire canadienne. Pendant une période vingt fois plus longue, la théorie quantitative de la monnaie a fourni aux économistes un cadre leur permettant d’analyser l’influence de l’offre de monnaie sur le taux d’inflation. La Banque du Canada expose périodiquement ses observations sur le comportement del’agrégat au sens étroit M1 et des agrégats au sens large (M2, M2+, etc.) dans son Rapport sur la politique monétaire et dans la Revue de la Banque du Canada, mais le Modèle trimestriel de prévision (MTP), l’outil d’analyse à l’aide duquel la Banque élabore actuellement sa politique, ne comprend aucun agrégat monétaire1. Pourtant, il y a de fortes raisons de croire non seulement que l’offre de monnaieconstitue le principal déterminant à long terme de l’inflation dans l’économie canadienne, mais aussi qu’elle représente un élément important du mécanisme de transmission par lequel les mesures de politique monétaire influent sur le niveau des prix et, à plus court terme, sur les revenus et l’emploi. Le présent article examine d’abord la thèse voulant que la monnaie soit une variable passive, qui s’adapteau comportement des prix et de la production et n’a pas d’effet sur ces derniers. Il y sera ensuite avancé qu’il est plus approprié d’attribuer à la monnaie un rôle actif dans le mécanisme de transmission de la
1. La structure fondamentale du MTP est exposée par Poloz, Rose et Tetlow (1994). Pour en savoir plus long sur l’interaction entre la structure du MTP et le processus de formulation de lapolitique monétaire, consulter Duguay et Longworth (1998, partie 5).



Le présent article constitue une version revue et condensée d'un document de travail de la Banque du Canada intitulé « The Quantity of Money and Monetary Policy ». Je sais gré à Charleen Adam, Richard Anderson, Joseph Atta-Mensah, Jean-Pierre Aubry, Kevin Clinton, Jim Dingle, Pierre Duguay, Walter Engert, Charles Freedman,Paul Jenkins, Seamus Hogan, Kim McPhail, Loretta Nott, Brian O'Reilly, Jack Selody, Pierre St-Amant et Guang-Jia Zhang de leurs commentaires sur le document en question et de leurs aperçus utiles sur les points qui y sont abordés.

REVUE DE LA BANQUE DU CANADA • ÉTÉ 1999

17

politique monétaire. L’une des conclusions de l’article est qu’il conviendrait, par conséquent, d’accorder aux agrégatsmonétaires un rôle plus explicite dans le cadre d’élaboration de la politique monétaire que ce n’est le cas actuellement2.

La monnaie comme variable passive ou active dans le mécanisme de transmission
À l’instar de la théorie quantitative de la monnaie, la thèse selon laquelle la monnaie est une variable endogène passive remonte à loin, mais elle trouve plus récemment son origine dans une...