La monnaie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3122 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Partie 3 : monnaie et financement
Chapitre 1 : la monnaie : généralités

I) Fonctions et formes de la monnaie
A) L’approche fonctionnaliste de la monnaie
1) Unité de mesure de la valeur
• Cette valeur permet de définir la valeur relative de biens hétérogènes ( la monnaie est un intermédiaire des échanges, et l’étalon doit avoir le même sens pour tous2) Intermédiaire des échanges
• La monnaie assure les échanges, dans l’idée où l’offre rencontre la demande, de manière plus efficace que pour le troc ( simplifie les échanges dans les économies de marché, ce qui réclame rapidement l’intervention de l’Etat (impose un cours légal et son emploi)
• La monnaie n’est pas nécessairement supérieure au troc : le troc et la monnaie ont souventcoexisté, il a donc son rôle à jouer, parfois même à l’échelle internationale (ex : URSS)

3) La réserve de valeur
• Il est possible de conserver de la monnaie pour sa capacité à conserver le pouvoir d’achat. Cependant, l’inflation érode la monnaie
• D’autres actifs non monétaires peuvent jouer le même rôle :
▪ L’or
▪ Les bijoux
▪ L’art
▪L’immobilier

|Nota Bene : ces fonctions de la monnaie peuvent être contradictoires : |
|Il y a ambivalence de la monnaie : doit être dépensée mais peut être conservée ( une monnaie doit être suffisamment rare pour être |
|gardée mais pas trop non plus pour servir dans les échanges|
|Loi de Gresham : « la mauvaise monnaie chasse la bonne » ( la bonne monnaie est thésaurisée, la monnaie sert aux échanges |

B) La monnaie, phénomène social et politique
• L’analyse fonctionnaliste n’aborde la monnaie que comme un instrument technique simplifiant l’échange, ce qui expliquerait son apparition
• Les historiens et lesanthropologues discutent cette théorie, car monnaie et troc ont coexisté, ou encore que la monnaie n’a pas existé (ex : don contre-don)

• La monnaie apparaît très largement comme un lien social :
▪ Rapport de confiance : la monnaie n’existe que si elle est communément acceptée, elle est fiduciaire et est fixée par la société
▪ Lien social : symbole national comme ledrapeau, la langue,… C’est une institution sociale, instrument de cohésion ( une monnaie dévalorisée déstabilise la société, car la confiance est alors sapée
▪ Phénomène social : monnaie et Etat sont liés, car c’est un pouvoir de puissance, de pouvoir, assimilable à la puissance militaire.
La monnaie est une fonction régalienne, c’est aussi une façon d’asseoir la puissance d’unsouverain ( support de pacification et d’unification
La monnaie est apparue au XVIIe-XIXe, parallèlement à l’apparition de l’Etat-Nation.
A monnaie forte et stable correspondent souvent une économie et un pouvoir politique forts, et inversement ( la détention de monnaie est donc un enjeu national, voire international
La monnaie peut être un outil de politiquemonétaire.

▪ Institution sociale : M. Aglietta et A. Orlean, La Violence de la Monnaie : toute société serait violente, entre autres dans les rapports marchands, violence que la société essayerait de canaliser ( la monnaie cristallise cette violence acquisitive et de pacifier ainsi les échanges marchands.
En même temps, il y a ambivalence : la monnaie serait un support permanent d’uneviolence potentielle dans la société ( les crises seraient des phases d’expression de cette violence
La monnaie est un instrument de puissance sociale : elle permet d’asseoir sa supériorité en achetant le travail des autres.

C) Les formes de la monnaie : vers la dématérialisation
1) La monnaie métallique
• Avant celle-ci on parle de monnaie marchandise,...
tracking img