La monnaie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1306 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
I / La monnaie, instrument de paiement

Au cours de l’Histoire la monnaie a pris des formes diverses (1). Suivant un processus de dématérialisation, les formes monétaires sont passées de la monnaie-marchandise à la monnaie virtuelle dans l’ère contemporaine. Actuellement, la monnaie est essentiellement scripturale, c’est-à-dire constituée d’avoirs matérialisés par une inscription dans lescomptes bancaires ou postaux dont les principaux instruments de circulation sont les chèques et les cartes bancaires (2). Les banques ont le monopole de la création de monnaie scripturale tandis que la monnaie fiduciaire est émise par la banque centrale. Cette « monnaie centrale » représente près de 10 % du total des encaisses des agents non financiers (entreprises, ménages, administrations),principalement sous la forme de billets. La monnaie centrale joue un rôle important dans le système monétaire car elle est utilisée — sous forme de monnaie scripturale — dans les règlements interbancaires nécessités par les transferts effectués par les clients d’une banque à l’autre (3).

1. Évolution des formes de la monnaie Les premières formes de monnaie seraient apparues cinq mille ans avant notreère. Au départ, la monnaie a pris la forme de biens ayant une valeur intrinsèque : c’est la monnaiemarchandise. Si l’on met à part les monnaies primitives (coquillages, étoffes, ou bétail qui se disait pecus en latin, ce 6

qui a donné le mot « pécuniaire »), les monnaies-marchandises ont été constituées, dès la plus haute Antiquité, par des métaux précieux. Par la suite, avec le développement deséchanges, les signes monétaires ont pris des formes « nominales » : ce sont les billets et la monnaie scripturale qui n’ont pas de valeur intrinsèque, à la différence des espèces métalliques. La monnaie métallique La monnaie métallique a connu trois grandes étapes : — la monnaie pesée : en Égypte, deux mille ans avant notre ère, la monnaie pesée apparut sous forme de lingots encombrants dont ilfallait mesurer le poids au moment de chaque transaction ; — la monnaie comptée : vers 800 avant Jésus-Christ, les lingots furent divisés en pièces, invention qui se généralisa sous l’Antiquité, en Grèce puis à Rome, ainsi qu’en Chine, en Inde et dans le monde islamique ; — la monnaie frappée : les monnaies métalliques furent peu à peu frappées d’une inscription indiquant le poids de la pièce. Lavaleur de la pièce en unités de compte est fixée par son poids en métal. La fiabilité du système de paiement est garantie par la pérennité du métal. L’objectif des systèmes monétaires métalliques est de garantir la stabilité de la monnaie contre l’arbitraire politique en imposant des règles concernant la définition et l’usage de celle-ci. En France, la monnaie métallique a d’abord régné avec unrégime bimétalliste or-argent, avant que ne triomphe l’or après 1870. Le système de l’étalon-or, qui a disparu à la suite de la guerre de 1914, présente trois caractéristiques : — l’or circule sous forme de lingots et de pièces d’or qui ont un pouvoir libératoire illimité, c’est-à-dire que ces instruments métalliques étaient acceptés pour payer toutes les transactions ; — les billets et la monnaiescripturale, dont l’usage se répand, sont convertibles en or auprès du système bancaire ; — le franc, comme toutes les grandes monnaies (livre, dollar), est défini par un certain poids d’or, ce qui facilite les rapports de change entre monnaies. Ainsi, au XIXe siècle, le franc vaut 0,29 gramme d’or et la livre sterling 7,32 grammes d’or, ce qui 7

implique qu’une livre vaut 25,24 francs (7,32 /0,29). L’or étant librement exportable, le cours de la livre en francs sur le marché des changes ne s’éloigne guère de cette parité officielle, puisqu’il est toujours possible d’effectuer les paiements en or, quitte à supporter les frais de transport et d’assurance dont le montant détermine les points d’entrée et de sortie de l’or (gold points). Ainsi, sans être la forme exclusive de la...