La monnaie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 38 (9414 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 septembre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
)m^=*Effets de commerce et papier commercial:

A partir des années 50, on commence à utiliser les effets de commerce dans les transactions commerciales.
Effet de commerce: reconnaissance de dette.
Si on emprunte, le délais de remboursement peut varier et durer dans le temps, tout ne se fait pas tout de suite. C’est une sorte de titre de créance. Celui qui achète payera plus tard.
Lescréanciers signent au préteur des billets à ordre : on s’engage à payer le par exemple le 17 janvier la somme de…
Avant le 17 janvier, le créancier
Il a le tireur le tiré et le bénéficiaire avec les lettres de changes.
Le tireur va demander au tiré de payer mais il se peut que le tireur ne soit pas le bénéficiaire.
Ces processus ont été à la base de beaucoup de création monétaire.

*Lamonnaie fiduciaire:
-billet de banque
Il faut déjà qu’il existe une banque: au début: attestation d’un banquier d’avoir reçu des pièces: reconnaissance de dette en quelque sorte. Mais ensuite ce billet a été reçu en moyen de paiement. Si on paye avec le billet à Martin, Martin peut aller récupérer les pièces à la banque.
Le billet de banque représente un dépôt en pièces dans une banque. Le banquierqui fait le travail va imposer des intérêts, c’est du commerce, il va rembourser moins que ce qu’il a reçu.
Le billet devient une monnaie qui est garantit par un stock de métal. À l’origine, le montant du billet correspond à la valeur du métal déposé.
Comme le billet devient un moyen de paiements, les banques commencent à émettre des billets plus que de dépôts: certaines personnes ont purecevoir des billets sans déposer de métal.
J. Law:1800 Law a ouvert une banque à Paris: les clients contre leurs pièces ont reçu des billets de banque. Il a perdu beaucoup d’argent, ses clients qui avaient beaucoup de billets de banques ont moins fait confiance et sont aller demander le remboursement: les premiers c’était bon mais au bout d’un moment: problème: les billets de banque émit par Law quiétait sensé avoir une certaine valeur ne valait plus rien è panique bancaire. À partir de cette affaire, le roi crée une seule banque, une banque d ‘émission qui est la seule à pouvoir créer des billets de banque, maintenant c’est l’équivalent des banques centrales.
En 1915, le volume des billets de banque émit en France était 5 fois supérieurs au réserve en métal: si tous les détendeurs debillet de banque avaient voulu récupérer leur métal: impossible.
Cours forcé: on ne peut plus demander le remboursement en or de son billet de banque.
Cours légal: la loi oblige toutes personnes dans un territoire donné d’accepter un billet de banque et pas de préférence pour le métal.
De nos jours l’or n’existe plus en tant que monnaie, maintenant c’est une marchandise mais le marché de l’orest encore contrôlé par les banques.

*Monnaie scripturale:
A l’origine, c’était des paiements par chèques fin 19ème. Ensuite, la carte bancaire est arrivée, ainsi que les virements, quelque soit le support: type, ordre de virement, … De nos jours: partie importante de la monnaie. è dématérialiser
La masse monétaire: tous les moyens de paiements disponibles à un moment donné
M1: massemonétaire au sens strict: pièces, billets de banque, avoirs, comptes courants
M2: quasi monnaie, argent qu’on peut transformer rapidement + M1
M3: M1+M2+ quasi monnaie encore plus grand que M2
è sorte de hiérarchie
Voir document

2) Les fonctions de la monnaie
*Unité de compte et instrument d’acquisition:

Unité de compte et instrument d’acquisition sont liés. Lorsqu’on parle de prix de manièregénérale: l’expression monétaire de la valeur d’échange.
La monnaie permet de mesurer la valeur d’échange, elle ne peut pas estimer la valeur d’usage.

La valeur d’échange exprime la valeur des objets mais le problème c’est qu’il faut trouver des équivalences, un étalon: une heure de travail= une livre, un produit qui suscite 3h de travail vaudra 3livres.
La monnaie a un pouvoir...