La monnaie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2074 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 2. L’équilibre
macroéconomique de court terme : le modèle IS/LM

1

Fortes fluctuations de l’activité économique à court terme

2

3

4

1. Le marché des biens 2. Le marché de la monnaie 3. L’équilibre macroéconomique et les politiques de soutien de la demande 4. Le modèle IS/LM et les faits

5

1. Le marché des biens
1.1. Les hypothèses
Un certain nombred’hypothèses seront communes aux différents modèles étudiés dans les différents chapitres Hypothèses générales (HG) Concurrence imparfaite (monopolistique) sur le marché des biens Hypothèses relatives aux comportements de consommation, d’investissement, de demande et d’offre de monnaie. Les différences entre les différents modèles proposés porteront sur le degré de rigidité des prix et desanticipations dans l’économie, sur leur vitesse d’ajustement Hypothèses spécifiques (HS) 6

1.1.1. Economie fermée (HS)
On suppose que X = M = 0 l’économie considérée, dont on veut représenter le fonctionnement, est une économie « fermée », i.e. une économie qui n’échange (ni biens, ni travail, ni titres, ni monnaie) avec le reste du monde. Ainsi dans un premier temps, pour simplifierl’analyse, on « ferme » l’économie, on l’isole du reste du monde. Simplification utile même si la globalisation rend cette hypothèse de plus en plus problématique, en particulier pour l’économie française qui est très ouverte. 7

1.1.2. Concurrence monopolistique (HG)
Les entreprises ont un pouvoir de marché (concurrence monopolistique) car différenciation des produits. DONC elles fixentle prix et la quantité produite en fonction de la demande qui leur est adressée.

Le prix de vente P est fixé au‐dessus du coût marginal de production Cm : P = ( 1 + µ ) Cm , avec µ le taux de marge (définit comme la différence entre le prix et le coût marginal de production, exprimée en pourcentage du coût marginal). 8

A ce prix, les entreprises « servent » la demande qui s’adresseà elles : la production est égale à la demande comportement d’offre particulier des entreprises, elles produisent au niveau de la demande qui leur est adressée = comportement optimal d’une entreprise en concurrence monopolistique. Le pouvoir de monopole permet aux entreprises de faire du profit et ce d’autant plus que le degré de différenciation du bien qu’elles produisent est grand. Eneffet, plus les biens sont différenciés, plus l’élasticité‐prix de la demande est faible pour chaque bien (demande relativement captive), plus le pouvoir de marché des entreprises est grand et plus leur profit est élevé.

1.1.3. Le court terme (HS)
Les entreprises dispose d’une technologie de production qui leur permet de produire le bien en combinant du travail (en quantité N) et ducapital (en quantité K). Cette technologie de production est résumée par la fonction de production notée F : Q=F(N,K) On suppose que F a les propriétés habituelles. On se situe à un horizon court, celui des cycles économiques. A cet horizon, on peut supposer que le seul facteur de production variable est le travail, le stock de capital (de machines) est fixe :
K=K
10

à court terme, unseul facteur variable, on peut réécrire la fonction de production sous la forme :
Q = F ( N , K ) = f ( N ) df ( N ) df ' ( N ) avec f ' ( N ) = > 0 et f ' ' ( N ) = N = ND
11

La fonction de production
Elle résume la relation technologique qui relie l’output Q à la quantité de facteurs utilisés. A court terme, la travail N est le seul facteur variable.

Q Q=f(N)

N

Autrehypothèse centrale et cruciale du court terme : les entreprises n’ajustent pas leur prix lorsque la demande qui leur est adressée se modifie. Pourquoi ? Il peut être optimal du point de vue d’une firme rationnelle qui cherche à maximiser son profit de ne pas modifier trop souvent son prix de vente, alors même que la demande qui s’adresse à elle varie, dès lors qu’il existe des coûts...
tracking img