La monnaie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1180 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1.2 : La monnaie dans l’échange

I. Les bases de la monnaie
La monnaie est constituée par l’ensemble des moyens de paiement permettant de régler les transactions.

1. Les fonctions de la monnaie
La monnaie remplit trois fonctions :
* La monnaie est un instrument d’échange : les produits s’échangent contre de la monnaie qui permet l’achat d’autres biens.
A la différencedu troc, où les échanges sont bilatéraux (un bien contre un autre bien), elle permet les échanges multilatéraux (avec de la monnaie que l’on possède, il est possible d’acheter plusieurs produits).

* La monnaie est une unité de compte (un instrument de mesure des valeurs) : elle permet de déterminer le prix des différents biens ; ainsi la mesure et la comparaison de biens différents estrendue possible.

* La monnaie est une réserve de valeur : elle peut être conservée, l’épargne devient possible et permet une consommation différée.

2. Les formes monétaires
a) Les formes anciennes de la monnaie
Au cours de l’histoire, la monnaie a connu des formes très diverses.
* La monnaie marchandise : les têtes de bétail, les coquillages, les épices ;
* La monnaiemétallique avec les pièces de métal (or, argent, bronze).
Mais avec l’augmentation des échanges, la quantité de métal produite ne suffisait plus à répondre aux besoins. On assiste alors à une dématérialisation de la monnaie (les moyens de paiement sont devenus de moins en moins physiques) avec de nouvelles formes qui apparaissent : la monnaie fiduciaire et la monnaie scripturale.

b) La monnaiefiduciaire
La monnaie fiduciaire est composée :
* des pièces de monnaie (monnaie divisionnaire),
* des billets de banque et du porte-monnaie électronique.
Fiducia signifie en latin, la confiance. Cette monnaie est acceptée en vertu de la confiance qui lui est accordée, elle a « cours légal » (elle ne peut donc être refusé comme moyen de paiement).
Les billets en euros sont émis par laBanque de France, les pièces sont fabriquées par le Trésor public et mises en circulation par la Banque de France. Leur part en tant que moyen de paiement ne cesse de diminuer : 10% environ.

c) La monnaie scripturale
Elle est constituée des dépôts à vue (dépôts bancaires dans les comptes courants et comptes-chèque) que possèdent les agents économiques non financiers (ménages, entreprises) etconfiés aux institutions financières (banques, caisse d’épargne, poste).
Elle représente 90% des moyens de paiement (cf : dématérialisation de la monnaie).

Ne pas confondre : la monnaie (scripturale) et le moyen de paiement (carte bancaire, chèque, virement) qui permet de faire circuler la monnaie.

II. La masse monétaire et les agrégats monétaires
1. La masse monétaire
La massemonétaire est la quantité de monnaie en circulation dans une économie, c’est-à-dire ensemble des avoirs détenus par les agents économiques non financiers.
Elle est mesurée en utilisant dans l’Union économique et monétaire, l’agrégat M3.

2. Les agrégats monétaires
Contrairement à la vision courante, qui assimile la monnaie aux moyens de paiement usuels (pièces, billets et comptes à vue), leséconomistes appréhendent la monnaie comme un actif (élément de richesse), dont la particularité est d’être parfaitement liquide, ce qui signifie qu’elle est utilisable directement, sans coûts de transformation, pour régler des achats.
Le critère retenu aujourd’hui pour tracer les frontières entre la monnaie et les autres actifs est donc celui de liquidité : partant du constat que plusieurs actifsfinanciers avaient un degré de liquidité élevé (par exemple les sommes disponibles sur les livrets d’épargne, qui sont facilement transformables en moyens de paiement), les autorités monétaires les ont intégré à la masse monétaire.
La masse monétaire regroupe donc les actifs liquides regroupés en 3 agrégats emboîtés, selon une logique de liquidité croissante : M1, M2 et M3. (M1 comprend les...
tracking img