La morphine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1133 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les substances chimiques qui contrôlent la douleur : les morphiniques La morphine et ses dérivés  La morphine est un alcaloïde extrait de l’opium du pavot Papaver somniferum. Pour recueillir l'opium, on pratique en général des incisions superficielles dans les capsules des pavots pour que s'écoule un suc laiteux qui se dessèche, s'oxyde à l'air et prend alors une couleur brunâtre. Aprèsmalaxage, cette substance devient l'opium qui contient environ 10% de morphine. Elle constitue le plus vieux remède connu par l’homme pour lutter contre la douleur. Malgré une utilisation depuis de nombreux siècles, les mécanismes d’action de cette substance sur la modulation du message douloureux, au niveau cérébral, n’ont été découverts qu’au cours de la deuxième moitié du XXème siècle.  A partir de1952, la synthèse chimique de morphine et de dérivés morphiniques est possible. La construction de molécules énantiomères (isomères optiques) permet d’obtenir des substances dont la structure tridimensionnelle est proche mais dont les effets pharmacologiques sont différents :  Le lévorphanol, puissant analgésique; L’étorphine, puissant analgésique; Le dextrorphan est dépourvu d’effetanalgésique  Le principe actif de l'opium fut découvert par F. Sertuner (1805) et baptisé morphine en référence à Morphée le dieu grec des rêves. Mise en évidence de l'effet analgésique de la morphine L’injection de morphine dans l’espace sous arachnoïdien, au niveau lombaire, chez le rat, induit une analgésie totale qui se traduit par l’absence de réponse aux stimulations nociceptives (test de la plaque chauffante, pincement de la queue...). La transmission du message nociceptif est donc inhibée en présence de morphine. Ceci est clairement démontré par l’absence de signaux électriques enregistrés au niveau des cellules spino-thalamiques de la corne dorsale lors de la mise en jeu des fibres C. Cette action est spécifique puisque les messages véhiculés par les fibres A? et A? quiconduisent les informations somesthésiques ne sont pas affectés.  Comment la morphine exerce-t-elle son action sur le système nerveux ? Si une molécule chimique agit sur l'activité de cellules, la règle générale est qu'elle est reconnue par ces cellules. La reconnaissance s'effectue par l'intermédiaire de récepteurs exprimés par la cellule. Ces récepteurs sont en général transmembranaires (maispeuvent être aussi nucléaires comme les récepteurs des hormones stéroïdes). Ce raisonnement a conduit quatre chercheurs à rechercher la présence de récepteurs de la morphine dans le système nerveux, à la surface des neurones. En poussant le raisonnement plus loin, un chercheur travaillant en Ecosse (Hans Kosterlitz) a eu l'idée suivante : si des cellules animales comme les neurones expriment desrécepteurs pour une substance, la morphine, qui est d'origine végétale (et non pas d'origine animale) c'est que la morphine mime les effets d'une substance endogène fabriquée par l'organisme animal lui-même, une morphine endogène qui agirait sur les récepteurs opioïdes. Une telle hypothèse a soulevé un tollé général, et pourtant.... elle était juste. Hughes et Kosterlitz ont isolé en 1975 lesdeux premières endomorphines appelées enképhalines. Depuis plusieurs autres de ces morphines endogènes ont été isolées.  Mise en évidence des récepteurs de la morphine : les récepteurs opioïdes La mise en évidence, au niveau du système nerveux central, d’un récepteur spécifique aux opioïdes résulte d’expérience in vitro réalisées en 1973 par différents chercheurs de laboratoires situés dansdifférents pays : Lars Terenius en Suède, Candace Pert, Solomon Snyder et Eric Simon aux Etats Unis.  Protocole expérimental : un homogénat de cerveau est incubé en présence d’étorphine radioactive. Après lavage du culot, on peut mesurer la radioactivité dans le culot qui constitue un index de la fixation d’étorphine sur les récepteurs membranaires.  La même expérience réalisée en présence d’une...
tracking img