La mort au trousse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (374 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Une ambiance de cauchemar...

« La mort aux trousses. » est un film réalisé par Alfred Hitchcock en 1959. Dans ce film, l'angoisse et le suspens se mélangent pour donner au spectateur l'impressionde se trouver dans une atmosphère de rêve ou plutôt de cauchemar.

Dans ce film la malchance semble s'acharner sur le héros, Roger Thornhill.
Il se fait tout d'abord kidnapper à la place d'unautre homme , un certain Georges Kaplan, et se fait traquer par une bande de personnes louches qui semblent vouloir sa mort...
Les actions s'enchaînent les unes après les autres rapidement, ne laissantpas le temps aux spectateurs de respirer ni de bien comprendre la situation.
Le héros veut toujours rencontrer Georges Kaplan qui ne semble pas exister. Cet homme est introuvable et disparaît dèsqu'il est susceptible de le trouver. Tout le monde autour de lui le prend pour cet homme qu'il n'est pas.
Roger Thornhill se rend dans la chambre d'hôtel de Kaplan, il y trouve ses baguages, sesvêtements... Pourtant le personnel n'a jamais vu l'habitant de la chambre et c'est sans doute pour cette raison qu'ils appellent Monsieur Thornhill « Monsieur Kaplan ».
Cette situation de méprise et deconfusion est très inquiétante. Elle pourrait s'apparenter à une atmosphère de rêve ou plutôt de cauchemar.
Le spectateur doute, il ne sait pas quoi penser. Il s'inquiète en même temps que le héros, etne comprend pas grand chose...
Les actions défilent de plus en plus rapidement au fil du déroulement du film.
Le héros croit être en danger sans cesse. Le danger le suit partout où il va. Ilcherche des manières de s'en sortir mais on fini par l'accuser de meurtre et il doit se cacher.
Dans ce film le réalisateur veut toujours faire croire des choses aux spectateurs.
Un homme n'existe pas,un autre se faire passer pour un diplomate...
Il fait croire que le héros se fait tuer par balle mais il en réchappe...
Alfred Hitchcock se sert de l'esprit du spectateur pour faire vivre...
tracking img