La mort dans fin de partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (509 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Un des objets fétiches des personnages de Beckett dans Fin de partie est le réveil, que Clov vient accrocher à la place du tableau retourné, signe que le temps et sa mesure accèdent dans Fin departie à un statut différent. Les personnages, désormais incapables de se repérer dans le temps, exhibent le réveil comme un objet décoratif, dont la fonction – signifier à Hamm que le départ de Clov estun départ et non une mort – n'a plus rien à voir avec la mesure du temps. Aussi, comment le temps est-il traité dans Fin de partie?

Dans En attendant Godot et Fin de partie, l'utilisation de laponctuation – entendue comme l'ensemble des signes de ponctuation, des ponctuants gestuels ou prosodiques tels que Un temps ou Silence – et de l'a-ponctuation crée une rythmique paradoxale qui oscilleentre un rythme dense et un rythme 'zéro'. Or, c'est à partir de l'alternance entre rythme, dirythmie et arythmie que s'élabore l'"hypothèse rythmique" beckettienne dont les contrastes tranchés sontdestinés à exercer sur l'acteur et le spectateur un effet cathartique et maïeutique qui leur fait retrouver leur propre rythme, corporel et langagier

II.3. RythmeII.3.1. Tirade et stichomythieLa fréquence des répliques et les rapports quantitatifs qu'elles entretiennent contribuent à déterminer le rythme du dialogue, produit plus largement par tout effet de répétition (Larthomas,2001, p. 309). Comme pour la vitesse du récit en narratologie, les accélérations et ralentissements sont aussi révélateurs, sinon plus, que le rythme lui-même.
La tirade désigne une répliquerelativement longue qu'une unité thématique ou formelle, ainsi qu'une certaine contingence dans le déroulement de l'action distinguent du reste de la pièce – qu'on pense à la tirade des nez dans Cyrano de...
tracking img