La mort dans l'hindouisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7808 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1. Table des matières

2. Introduction

3. Pour comprendre les rites

4. L’Hindouisme
4.1. Dieux et cultes hindous
4.2. Le système social
4.3. Le déroulement d’une vie
4.3.1. Pouroushârtha
4.3.2. Âshrama
4.3.3. Samsara

5. La place de la mort chez les hindous

6. Moksha

7. Déroulement d’une cérémonie funéraire
7.1. Lesrites pré-crématoires
7.2. Le rite de la crémation
7.3. Les rites post-crématoires

8. Malemort

9. Réflexion personnelle

10. Conclusion

11. Bibliographie

12. Lexique



La façon dont les hindous voient le monde m’a, depuis longtemps, impressionné. J’ai appris beaucoup de choses en discutant avec quelques-uns d’entre eux à mon travail. J’ai été touché par leursincérité, leur simplicité et leur joie de vivre. Ils arrivent à trouver, pour chaque chose, une place dans notre monde, alors que la plupart de ces choses sont discriminées, voire rejetées par la plupart d’entre nous.
Eux, gardent tout. En effet, que serait la beauté sans la laideur ? Que serait le bonheur sans le malheur ? Le Bien sans le Mal ? Alors que la plupart des autres religions opposent leMal au Bien en les symbolisant par des entités indépendantes, fixes, aux caractères constants et contradictoires comme, par exemple Satan et Dieu, l’hindouisme, lui, attribue le Mal à l’ignorance humaine et donc à une conséquence possible du libre arbitre que chaque individu détient.

Ils trouvent aussi une place très importante dans leurs croyances à la nature qui les entoure. Ils en sont donctrès respectueux : « La nature, malheureusement trop polluée par notre civilisation, est, en Inde, un immense temple et chaque individu vit dans un état de spiritualité qu’aucun autre pays n’a jamais réussi à atteindre. Un arbre, la mer, les montagnes, la rue ou encore une caverne peut servir de lieu de prière et de méditation. » Même si cette citation de Fernand Gigon est un peu idéaliste etqu’elle ne tient pas compte des efforts écologiques de l’Occident, elle fait partie des points qui me plaisent dans l’hindouisme. J’aime beaucoup le fait qu’ils admirent la nature et qu’ils l’honorent.
Le fait que cette religion instaure idéalement la non-violence (ou Ahimsâ) me plait également beaucoup. Alors que nous vivons dans un monde où les hommes déforestent, massacrent les animaux ets’entretuent, les hindous voient une vie à absolument respecter dans toute chose qui les entoure. Cette non-violence provient du premier vœu éternel que fait un hindou qui est l’équivalent de notre « Tu ne tueras point » chrétien :
« Mâhimsyât Sarva-Bhoutâni » « qu’on ne nuise à aucun être vivant »
Cette première restriction, respectée par chaqueadepte de cette religion, oblige chacun à vénérer toute chose, qu’elle soit végétale, animale ou humaine. Si les hindous ont tant de respect pour tout ce qui les entoure c’est parce que, d’après eux, nous avons tous déjà été ou nous serons tous, dans une vie antérieure ou postérieure, végétal ou animal. Les plantes et les animaux sont donc autant à respecter vu que l’enveloppe extérieure contient,provisoirement, une âme.
Ces âmes que contiennent les plantes, les humains ou les animaux voyagent de corps en corps. Lorsque nous décédons, elle quitte notre enveloppe matérielle pour en rejoindre une autre. La mort donne donc une chance de s’améliorer dans une autre vie et la possibilité de gagner un rang vers la perfection afin d’atteindre moksha ou la délivrance du cycle des réincarnations,but ultime de la vie de tout hindou.
La mort ne doit donc théoriquement pas être crainte par les hindous vu qu’elle est, selon eux, en tous les cas positive. Mais est-ce vraiment le cas ? Les hindous ne sont-ils donc pas tristes par la mort d’un de leurs proches sous prétexte que ce dernier atteindra moksha ? Comment réagissent-ils lorsqu’ils savent que leur défunt n’atteindra pas moksha,...
tracking img