La mort de jean philippe x

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1014 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’impossibilité du couple est le sujet même d’Aurélien déclare Aragon dans sa préface (écrite en 1965 ne l’oublions pas). Il invoque le décalage dû à la guerre : après la guerre, la femme est parvenue à « un autre stade de pensée » que l’homme – Bérénice ne se situe plus au même niveau qu’Aurélien (15). Éclate à la fin du roman le « divorce » de leur vie et celui de « leursidées » (16). Aragon ramène aussi cette problématique à un drame personnel exprimé dans « Il n’y a pas d’amour heureux » (cf développement d’Aragon, 17)
On peut se demander si le livre est aussi démonstratif que le suggère la préface. Aragon veut-il montrer que le couple est impossible en général, ce à quoi on a souvent réduit cette formule « il n’y a pas d’amour heureux » ? Nes’attache-t-il pas plutôt à montrer que le couple est impossible dans certaines situations, eu égard à un contexte historique, sociologique ?
Aurélien peut-il se réduire à un « discours » sur l’impossibilité du couple (on serait alors dans le roman à thèse). Et puis de quel(s) couple(s) s’agit-il ? Celui formé par Aurélien et Bérénice est purement fantasmatique : leur histoire n’advient pas,comme le note Bérénice elle-même « c’est fini, Aurélien et moi. Fini sans avoir commencé » (LXIII, 521). Aurélien fait la même analyse: «Voyons, parler de l’échec de l’amour à propos d’une histoire pareille, interrompue à son début » (Épilogue, VII, 694). Finalement, s’attachant à mettre en évidence l’impossibilité du couple, Aragon ne parvient-il pas aussi à mettre en cause le romandu couple, en somme les codes du traditionnel roman d’amour ?
On verra donc (1ère partie) comment Aragon construit le roman d’amour d’Aurélien et Bérénice en contrepoint d’une galerie de couples. On s’attachera ensuite à la dimension « démonstrative » du roman : elle met en évidence l’impossibilité d’un couple fondée sur un amour authentique dans le monde réel bourgeois et mondain del’après- guerre. Enfin (3e partie) on verra comment Aragon déjoue les codes du roman d’amour et fait d’Aurélien un roman déceptif (déception par rapport aux attentes).
Il n’y a pas un couple, mais des couples dans Aurélien. Aurélien et Bérénice constitue-t-il un couple ? Justement leur couple ne se forme pas, ne dépasse pas le stade de l’ébauche. À l’inverse, de nombreux autres coupless’agitent en arrière-plan de la fiction principale (ou parallèlement à elle) et constituent des repoussoirs à leur histoire d’amour.
A. INVENTAIRE DES COUPLES ET DES LIAISONS
Conformément au pacte de vraisemblance réaliste, les personnages du roman d’Aragon sont appariés, comme dans la vie. Il y a ainsi :
a. Les couples officiels
Edmond-Blanchette : se termine dans des histoires d’argent(cf 618)
Bérénice-Morel : se termine par un adultère à domicile, toléré par l’épouse, le pharmacien couchant avec son employée Gisèle
Decœur-Rose Melrose (fin 639) : ils se séparent L’oncle Blaise et tante Marthe : seul couple qui tienne Les parents d’Aurélien étaient désunis ; même chose pour ceux Bérénice qui se sont séparés, la mère est partie
avec son amant. Armandine etJacques Debrest (chapitre 4) Les Floresse, Gontran et Régine (624) Le couple américain des Murphy à Giverny, Archie et Molly qui a le diable au corps (519) Aurélien-Georgette dans l’épilogue (654) Une série de couples croisés rapidement dans les scènes mondaines, au vernissage Zamora ou à la soirée
costumée du duc de Valmondois : Jacques Schoelzer et son épouse (338), le colonel Davidet sa femme... Les Honfrey (Charles, l’ami d’Aurélien et sa jeune femme) Les Ménestrel (chapitre 74) Les Barbentane : Philippe et Esther (mais on ne les voit pas ensemble, dans le chapitre 17 Esther est chez son
fils ; dans le chapitre 54, Philippe se trouve avec sa maîtresse au caveau circassien, 456) Les couples officiels apparaissent souvent comme des associations financières....
tracking img