La mort de tchen - extrait de la condition humaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (382 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La mort de Tchen
L’auto du général était à cinq mètres, énorme. Il courut vers elle avec une joie d’extatique, se jeta dessus, les yeux fermés.

Il revint à lui quelques secondes plus tard : iln’avait ni senti ni entendu le craquement d’os qu’il attendait, il avait sombré dans un globe éblouissant. Plus de veste. De sa main droite il tenait un morceau de capot plein de boue ou de sang. Aquelques mètres un amas de débris rouges, une surface de verre pilé où brillait un dernier reflet de lumière, des…déjà il ne distinguait plus rien : il prenait conscience de la douleur, qui fut en moinsd’une seconde au-delà de la conscience. Il ne voyait plus clair. Il sentait pourtant que la place était encore déserte ; les policiers craignaient-ils une seconde bombe ? Il souffrait de toute sa chair,d’une souffrance pas même localisable : il n’était plus que souffrance. On s’approchait. Il se souvint qu’il devait prendre son revolver. Il tenta d’atteindre sa poche de pantalon. Plus de poche, plus depantalon, plus de jambe : de la chair hachée. L’autre revolver, dans la poche de sa chemise. Le bouton avait sauté. Il saisit l’arme par le canon, la retourna sans savoir comment, tira d’instinct lecran d’arrêt avec son pouce. Il ouvrit enfin les yeux. Tout tournait, d’une façon lente et invincible, selon un très grand cercle, et pourtant rien n’existait que la douleur. Un policier était toutprès. Tchen voulut demander si Tchang Kaï-chek était mort, mais il voulait cela dans un autre monde ; dans ce monde-ci, cette mort même lui était indifférente.

De toute sa force, le policier leretourna d’un coup de pied dans les côtes. Tchen hurla, tira en avant, au hasard, et la secousse rendit plus intense encore cette douleur qu’il croyait sans fond. Il allait s’évanouir ou mourir. Il fit leplus terrible effort de sa vie, parvint à introduire dans sa bouche le canon du révolver. Prévoyant la nouvelle secousse, plus douloureuse encore que la précédente, il ne bougeait plus. Un...
tracking img