La mort en anthropologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 31 (7599 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Études anthropologiques autour du thème de la mort

L’omniprésence de la mort au sein de toutes les sociétés humaines, quelles que soient les conceptions qu’elles lui attribuent, a fait de celle-ci un thème d’étude privilégié de l’anthropologie. C’est aussi parce qu’on la retrouve partout, dans les rituels et les croyances de toutes les communautés humaines, qu’elle constitue un terraind’études comparatives exceptionnel, que les anthropologues de tous horizons ont rapidement investi. C’est enfin parce que le thème de la mort fascine toujours les sociétés contemporaines, que les anthropologues continuent à travailler sur le sujet. Ce numéro de la revue « Terrain » de mars 1993, consacré au thème de la mort, qui témoigne d’ailleurs bien de son actualité, sera l’objet de ce commentairecritique.
L’ensemble de la revue est composé de onze articles, dont les neuf premiers traitent des conceptions et des rituels concernant les morts, chacun dans une situation différente. Les deux derniers relatent la mise en place de musées au Québec et en Scandinavie, qu’ils inscrivent dans une perspective de conservation de la mémoire, nationale et internationale. Leur présence dans cette revueindique le lien fort qu’il peut y avoir entre le thème de la mort et celui de la mémoire. Certains articles traitant de la mort mettent d’ailleurs en avant cette notion de mémoire.
Le questionnement central commun aux articles de la revue s’articule autour de la façon de traiter le mort, en tant que corps physique que la vie a quitté. Dans toutes les mentalités, aussi diverses soient-elles, ce dernierest doté d’une puissance que les rituels ont pour but de guider, de canaliser, afin qu’elle n’interfère pas négativement dans le monde des vivants. Celle-ci peut revêtir des aspects tout à fait concrets, comme le fait de pouvoir transmettre des maladies, mais elle peut également renvoyer aux croyances et à la religiosité d’une communauté donnée. Dans ce cas, il est important d’analyser d’abordles conceptions qu’ont de la personne les différentes sociétés humaines, car elles peuvent permettre de comprendre la signification des rituels funéraires. L’histoire d’une société est également importante dans la mesure où elle fournit des explications relatives aux évolutions des conceptions et des rituels. On constate d’ailleurs que les articles proposés comportent tous une mise au pointhistorique ainsi que des explications concernant les différentes conceptions des sociétés étudiées.
Dans le cadre de ce commentaire, la question sera de savoir dans quelle mesure l’emprise des vivants sur la sphère des morts est ambiguë. Plus précisément, il s’agira de démontrer ici dans quelle mesure les conceptions et les rituels concernant les défunts illustrent une volonté de rassurer les vivants, enleur donnant l’illusion d’un réel pouvoir sur la mort.
Pour répondre à la question, on abordera tout d’abord la question du traumatisme causé par la mort. On se tournera ensuite sur les différentes conceptions concernant la mort et sur les croyances en rapport à l’au-delà. Pour terminer, on se penchera sur les influences des morts sur les sociétés, et sur leur intégration dans l’espace physique,institutionnel et religieux des vivants.

Le traumatisme causé par la mort.

On constate tout d’abord, à travers l’ensemble des articles, que le décès d’une personne se traduit par un véritable traumatisme chez les proches restés en vie, quelle que soit la culture dans laquelle il intervient. Ce point, relativement évident en soi, est toutefois important à signaler dans la mesure où ilexplique non seulement les processus de préparation à la mort, mais aussi les rituels funéraires en eux-mêmes, ainsi que les phénomènes de conservation des corps et de la mémoire des défunts.

La mort est la seule chose dont toute personne est sûre d’avoir à affronter, ce qui ne l’empêche pas de craindre le moment de son trépas. C’est pourquoi la préparation à cet instant final se retrouve chez...
tracking img