La morte amoureuse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (689 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La morte amoureuse

Le vieux Romuald raconte à son public les faits étranges qui ont suivi son ordination. Alors jeune prêtre d'une cure de campagne, il vit une expérience troublante : le jour ilest homme d'église, la nuit il est un riche seigneur de Venise. Cette existence bicéphale prend sa source avec la rencontre de Clarimonde, une courtisane sur laquelle courrent les plus sordidesrumeurs. Frère Sérapion met en garde Romuald : il ne doit pas se laisser tourmenter par une goule, une vampire qui n'a d'autre volonté que de l'éloigner de Dieu. Mais la fascination qu'elle exerce sur luiest telle qu'il naît entre eux un amour plus fort que la mort. Un amour qui permit à Clarimonde de revenir d'un endroit "Sans Soleil ni Lune" pour rejoindre son aimé. Pour Romuald tout est de plus enconfus. Il ne sait de qui, entre le prêtre ou le gentilhomme, est l'identité chimérique. Mais un soir, il découvre que Clarimonde le drogue pour qu'il s'endorme profondément de façon à ce qu'elle lepique de son aiguille en or ; et de se nourrir parcimonieusement du sang vermeil de Romuald. Violemment encouragé par Sérapion, ils vont chercher tout deux la tombe de Clarimonde dans le cimetière de lacommune. Trouvant l'emplacement du cercueil, le vieil abbé Sérapion n'hésite pas à le profaner. La belle courtisane y gît, blanche mais fraîche, sereine, un filet de sang coulant de ses lèvres. Saisid'une rage folle, Sérapion exorcise la morte dont le cadavre se disloque en un tas de " cendre et d’os ". Romuald conclura son récit par cette sentence : "Ne regardez jamais une femme, et marcheztoujours les yeux fixés en terre, car, si chaste et si calme que vous soyez, il suffit d'une minute pour vous faire perdre l'éternité."

CommentaireGautier aurait voulu être peintre. Il reçu uneformation rigoureuse dans l‘atelier d‘un maître reconnu : Louis Edouard Rioult. Mais celui-ci le congédia en 1829 et Gautier abandonna le pinceau pour la plume. Son ami indéfectible, Gérard Labrunie...
tracking img