La narration dans l'odyssé

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (922 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La narration d'Ulysse étudiée s'étend du chant IX au chant XII. Dans cette intervalle de lecture,( presque continue, une petite césure et un retour à la narration d'Homère sont effectués lors de latombée de la nuit ) Ulysse conte ses péripétie, auprès du cyclopes polyphème qu'il énucléa (chant IX), auprès de circé qui transforma ses compagnons en porcs dociles (chant X), auprès des âmes desmorts au royaume d'Hades ( chant XI ), au contact des sirènes et des pâturages divins du soleil (chant XII). Homère reprend la narration au chant XIII, décrivant le retour d'Ulysse sur Ithaque, chargés deprésents et escorté par les phéaciens.

Intro:

Peu avant le début de l'extrait étudié, Ulysse est comparé par Alcinoos à un Aède. Un Aède ( aeidein en grec : chanter ) est unchanteur, mais c'est aussi un musicien qui s'accompagne généralement d'une cithare qui raconte à sa manière une matière qui se transmet oralement, y ajoutant parfois des épisodes. C'est un artisteitinérant que l'on fait venir pour animer les banquets à qui l'on fait don de présent pour ses chants. Alors que dans l'Odyssée l'aède est bien évidemment Homère, l'auteur glisse dans son oeuvre despersonnages en figures d'aèdes: Demodocos qui chante chez Alcinoos, mais aussi par la suite Ulysse lui même. Quel sont les intérêts et quels sont les effets qu'Homère produit t'il en déléguant la parole à sonhéros ?
I) L'art de l'aède

A) Un jeu de narration entre Homère Démodocos et Ulysse.

- Changement de cadre temporel et d'aède au cour du récit. chant IX->XII ( Ulysse )sauf p187-188 ( Homère )
- Reprises d'éléments (chant V avec l'île de calypso) avec changements de point de vu ( je par Ulysse/ il par Homère ).
- L'Iliade par Démodocos et l'Odyssée par Ulysse.
-jeu de récurrences narratives communes et différentes entres les Aèdes.

"Fils de laerte, enfant de Zeus, Industrieux Ulysse."
"Et je lui adressais ces paroles ailées"
"Quelle espèce de mort...