La neige en deuil

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2475 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La neige en deuil

Dans cette œuvre, Henri Troyat met l’accent sur la nature sous toutes ses formes. Le lexique est relativement simple et populaire, sauf lorsque le thème de la montagne ou de l’agriculture est abordé : ce vocabulaire se révèle alors très étudié.

Le champ lexical de la montagne est très vaste : Troyat jongle avec des termes précis et propre à un guide de haute montagne,grimpeur ou autre spécialiste tel que le sérac qui désigne un amas de glace ou encore la rimaye qui est précisément l’endroit où une crevasse sépare un glacier de ses parois rocheuses. Les termes difficiles sont des substantifs provenant principalement du Savoyard et propre au domaine de l’escalade. Les mots utilisés sont donc justes et rares, ce qui appuie l’authenticité et la véracité du récit. Il ya un souci de recherche d’exactitude et de fidélité au réel.

Le nom de famille des personnages, Vaudagne le Dru, n’est pas choisi par hasard. Dru désigne en effet le pic le plus haut du Mont-Blanc, montagne dans laquelle se déroule l’aventure d’Isaïe et de Marcellin. L’adjectif « dru » s’utilise pour définir des chutes de neiges abondantes ou encore pour qualifier un être humain de robuste etde construction solide. Cet adjectif est donc particulièrement bien choisi puisqu’il relate, par sa seule signification, le cadre dans lequel se déroule l’histoire, l’élément principal de celle-ci, à savoir la neige, et le caractère de son personnage principal, Isaïe.

Le deuxième thème majeur est l’agriculture. Ce dernier a sa place au sein de l’œuvre car il définit le mode de vie d’Isaïe,ancien guide reconverti dans l’élevage de moutons. Encore une fois, Troyat manie un vocabulaire sophistiqué et approprié : la provende désigne un mélange de graines, le suint sera employé judicieusement pour définir la graisse qui imprègne la toison des moutons et la glèbe définira un sol en culture. Ce souci du détail et de précision marque une nouvelle fois la part du réel dans l’œuvre.

Lamontagne et l’agriculture ne sont pas seulement des décors, ils sont parfaitement intégrés dans l’œuvre du point de vue du vocabulaire. Le contraste lexical entre les deux thèmes abordés et le reste de l’œuvre les met en avant. Les champs lexicaux se détachent des dialogues simplets d’Isaïe et leurs antécédents priment sur l’histoire. Cette œuvre est tirée du crash du Malabar Princess sur les flancs duMont-Blanc en 1950. Nous comprenons mieux maintenant l’utilisation d’un tel lexique, voulant montrer la ressemblance avec ce fait réel et tendant à un réalisme délibéré.

Mes définitions

1. Damasquiner : Incruster un métal d’or ou d’argent.

2. Vaudagne le Dru : adj. /adv. : de manière abondante, vigoureuse : Une averse drue.
de solide constitution, robuste : un hommedru.
Nom propre : sommet des Alpes française dans le massif du Mont-Blanc.

3. Un sérac : amas chaotique de bloc de glace aux endroits où la pente du glacier se modifie.

4. Un névé : masse de neige en amont du glacier où, suite aux tassements et à l’alternance de dégels et regels, forme ou alimente un glacier.

5. Varapper : escalader des parois rocheuses

6. Unerimaye : crevasse profonde qui sépare un glacier de ses parois rocheuses.

7. Une vire : petit plateau étroit sur la paroi verticale d’une montagne.

8. Une moraine : ensemble de roches transportés par le mouvement d’un glacier.

9. Une combe : vallée ouverte et dominée par deux escarpements du relief.

10. Un chicot : reste d’une souche d’arbre coupé, d’un tronc ou d’une branche11. Une glèbe : sol en culture

12. Un fuselage : corps d’un avion où sont fixées les ailes.

13. Le suint : graisse qui imprègne la toison des moutons

14. Une provende : mélange de graines donné aux bêtes et plus particulièrement aux moutons.

15. « Travailler comme un forçat » : travailler durement, péniblement jusqu’à l’épuisement.

Annexes :

1. Damasquiner :...
tracking img