La noblesse et ses valeurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2203 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La noblesse et ses valeurs : les funérailles aristocratiques.

Polybe (III-IIe Siècles Av-JC) : Issu d’une grande famille grecque. Il est une des premières victimes grecques des Romains, Rome exigeant des otages parmi les dirigeants politiques. Polybe est de ceux-là et ne recouvre sa liberté que 17 ans plus tard.
Pendant son séjour en Italie il a tout le loisir de faire une étude approfondiede la politique et de l'état militaire des Romains. Logé chez Paul-Emile, et servant de précepteur à ses deux fils, il s'acquiert l'amitié de Scipion Émilien.
La dernière partie de sa vie est consacrée à la rédaction de sa grande œuvre, une Histoire générale de son temps, en quarante livres où il raconte l'histoire de Rome. Dans cet ouvrage, il veut montrer comment et pourquoi les nationscivilisées du monde sont tombées sous la domination de Rome. Parmi ses analyses, il y décrit les funérailles aristocratiques.

Les rites funéraires ont pour but de rendre les morts inoffensifs à leurs parents vivants. Si les rites sont absents ou mal accomplis, le mort devient malfaisant et tourmente les vivants. Les Romains craignent les morts et ils veulent s'en protéger. La mort est considéréecomme une souillure. Rome, qu’on prétend avoir tout emprunté aux Grecs, ne leur est pas redevable de l'oraison funèbre. Ce sont les Romains qui ont pratiqué en premier ce genre d'éloquence, bien avant Périclès et sons fameux discours. Mais l’éloge romain, contrairement à celui des grecs, était consacré à un homme et non à un collectif tombé dans une bataille. On ne célébrait pas que le courage maiségalement les vertus civiques.
La démocratique Athènes se garde bien d’honorer ses grands citoyens afin d’éviter l’orgueil des familles et d’un retour a la tyrannie. Alors que l’aristocratique Rome ne craint pas de couvrir de gloire les grandes familles ; gloire qui rejaillit sur tout le patriarcat.
Quels impacts une cérémonie funéraire pouvait avoir sur la Cité ?
I : L’éloge funèbre.
II : Lecortège des masques.
III : L’impact sur le citoyen romain.

Le premier éloge funèbre romain fut celle que le consul Valerius Publicola prononça en l'honneur de son collègue Brutus qui chassa les rois. Cette pratique offre aux Romains une « glorieuse et touchante origine ». L’éloge aurait donc été inspire par le plus grand événement de l'histoire romaine, il se confondrait avec les plus cherssouvenirs de la liberté conquise et serait comme une des « premières parures de la république naissante ». Cet éloge de Brutus marqua si fortement le peuple, que depuis la coutume s'établit de rendre un pareil honneur a tous les grands personnages.
D’après Polybe « quand un personnage illustre vient de disparaitre et qu’on célèbre ses funérailles, on le transporte en grande tenue sur le forum […] Lepeuple entier se rassemble autour, et un fils du défunt, […] monte sur les rostres pour retracer les vertus du disparu et les succès qu’il a remporté dans sa vie. »
L'orateur, qui se doit d’être un fils ou un proche parent du défunt, faisait d'abord l'éloge du mort, dit Polybe, et, quand cet éloge était terminé, il abordait seulement celui des ancêtres, en commençant par le plus ancien, parl'auteur de la race, et redescendait de héros en héros jusqu'au défunt. C’est l’orateur qui était chargé d’écrire le discours, à Rome on ne choisissait pas en fonction de la performance d’éloquence. Mais parfois un autre membre plus instruit rédigeait l’éloge lu par un autre.
Dans la première partie du discours, dans l'éloge du mort, l’orateur devait célébrer, ses vertus, ses actions, sa finglorieuse. La seconde partie du discours, celle qui était consacrée à l'éloge des ancêtres, offrait moins de difficultés encore. Ici, l'orateur pouvait à la rigueur ne rien fournir lui-même. Il n'avait qu'à consulter les archives de la famille, ou s'étaient accumulés de génération en génération, depuis des siècles, tous les éloges prononcés aux funérailles successives de tous les membres défunts. Il...
tracking img