La nouvelle espagne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1433 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La version populaire et nationaliste de l'histoire du Mexique établit une continuité entre l'Empire aztèque et l'indépendance recouvrée, comme si le laps de temps qui sépare la conquête (1519) de l'indépendance (1821) était une parenthèse négligeable pour la formation de la nation mexicaine. Cette vision est inexacte car les trois siècles d'existence de la Nouvelle-Espagne sont les plus riches detoute l'histoire coloniale des Amériques. Ce royaume, qui fait partie de l'Espagne au même titre que les royaumes de Castille ou de León, jouit d'une prospérité économique et d'une stabilité économique exceptionnelles, comme nous l'explique ici Carmen Bernand.
Comme ailleurs en Amérique hispanique, les communautés indiennes de cette région sont régies par les lois des Indes. Les Noirs, lesmulâtres, les métis, les créoles et les Espagnols ont des statuts spéciaux, de même que les ordres religieux, l'Église séculière, les confréries, les corporations ou les encomenderos, ces Espagnols qui reçoivent le privilège médiéval de disposer du travail d'un groupe d'Indiens. Mais le Mexique possède sa spécificité, liée à son passé préhispanique et au fait qu'il constitue le plus beau fleuron del'Espagne.

Une colonisation violente, dramatique, mais qui sut aussi s'avérer fructueuse

Les splendeurs de la Nouvelle-Espagne ne doivent pas faire oublier la violence de la conquête et l'exécution des princes mexica perpétrée par Alvarado – lieutenant de Cortés –, la révolte des Mexicains, l'évacuation précipitée de la ville par les Espagnols, le retour de Cortés grâce à l'aide que luifournissent les habitants de Tlaxcala et l'effondrement de l'Empire aztèque. Les épidémies provoquent une véritable hécatombe dans les communautés indiennes et l'ordre ancien est désarticulé. Les estimations faites par Woodrow Borah, bien que sujettes à discussion, permettent d'imaginer l'ampleur de la chute démographique puisque, dans le plateau central du Mexique, la population qui était d'environvingt-cinq millions d'habitants diminue de manière dramatique pour atteindre son plus bas niveau vers le milieu du XVIIe siècle, avec seulement 750 000 Indiens.

Après les premières années marquées par la lutte des factions entre partisans et ennemis de Hernan Cortés, l'arrivée de Antonio de Mendoza marque le début de la prospérité de Mexico. Hernan Cortés avait eu l'intelligence d'asseoir lepouvoir espagnol sur les ciments de la ville aztèque. Sur les ruines des palais mexica, les demeures des conquérants s'élèvent et, à quelques mètres du Templo Mayor, détruit par les Espagnols, on construit la cathédrale qui sera embellie et agrandie au fil des années. Hernan Cortés avait fait exécuter le prince aztèque Cuauhtemoc pour couper court à toute velléité indienne de rébellion. Avec les élitesqui se montrent coopérantes, les Espagnols entretiennent des rapports amicaux et, dès les premières années, les mariages et les unions mixtes donnent lieu à des métissages qui changent radicalement la physionomie démographique de la Nouvelle-Espagne.

Après avoir détruit les fondements de la société aztèque, les Espagnols cherchent à comprendre les coutumes et les rites des anciens. Raconterl'histoire, comprendre la civilisation disparue constitue le grand paradoxe intellectuel du XVIe siècle. Le résultat en est une historiographie remarquable par sa richesse et par sa profondeur. Parmi les noms illustres, on peut citer Bernardino de Sahagun, Diego Durán et Fernando de Alva Ixtlilxóchitl, auteur d'une histoire de Texcoco, la ville rivale de Mexico-Tenochtitlan. Le désir de témoignertouche également les notables indiens des villages, consultés pour répondre au vaste questionnaire lancé à la fin des années 1560 par Philippe II en Espagne et dans le Nouveau Monde. Grâce à ce travail, regroupé sous le titre général de Relations géographiques, nous disposons de descriptions très fines concernant les terroirs, leurs habitants, leur mode de vie et leurs croyances.

La conquête...
tracking img