La Nuit Wiesel

Pages: 39 (26678 mots) Publié le: 5 mai 2015

www.comptoirlitteraire.com

André Durand présente

‘’La nuit’’
(1958)

récit autobiographique d’Élie Wiesel

(163 pages)

pour lequel on trouve un résumé

puis une analyse de :

- la place du livre dans la littérature de l’Holocauste (page 9)

- la genèse (page 11)

l’intérêt de l’action (page 14)

l’intérêt littéraire (page 17)

l’intérêt documentaire (page 24)

l’intérêt psychologique(page 31)

- l’intérêt philosophique (page 35)

- la destinée de l’œuvre (page 38).


Bonne lecture !
Résumé

Chapitre I

Le narrateur est Éliezer, un jeune adolescent juif, studieux et profondément pieux, dont la famille (son père, Chlomo, sa mère, ses sœurs, Hilda, Béa et Tsipora) appartenait à la communauté juive de la ville de Sighet, en Transylvanie, région de Roumanie, où elle vivaitsans inquiétude. Il étudiait le Talmud chaque jour, et courait la nuit à la «synagogue hassidique» pour «pleurer sur la destruction du Temple». Voulant qu’on le guide «dans l’étude de la Kabbale», il trouva «un Maître en la personne de Moché-le-Bedeau», qui lui répétait : «L’homme s’élève vers Dieu par les questions qu’il lui pose».
Or, en 1942, la région étant devenue hongroise, «on expulsa deSighet les Juifs étrangers», dont Moché-le-Bedeau. Ils furent entassés «dans des wagons à bestiaux». Ils «furent vite oubliés, on disait qu’ils se trouvaient en Galicie où ils travaillaient» et «étaient même satisfaits de leur sort».
Cependant, un Moché hagard reparut quelque temps plus tard à Sighet. «Il ne chantait plus. Il ne me parlait plus de Dieu ou de la Kabbale, mais seulement de ce qu'ilavait vu.» Courant d'un foyer juif à l'autre, il racontait ce qui était arrivé aux déportés : «en territoire polonais», ils avaient «été pris en charge par la Gestapo», et, «dans la forêt de Galicie, près de Kolomaye», «on leur fit creuser de vastes fosses» ; puis, «sans passion, sans hâte», ils furent abattus. «Chacun devait s'approcher du trou et présenter sa nuque. Des bébés étaient jetés en l'airet les mitraillettes les prenaient pour cibles.» Il «racontait l’histoire de Malka, la jeune fille qui agonisa durant trois jours, et celle de Tobie, le tailleur, qui implorait qu’on le tue avant ses fils». Lui-même avait été «blessé à la jambe, on le crut mort.» Il répétait : «Juifs, écoutez-moi. C'est tout ce que je vous demande. Pas d'argent, pas de pitié. Mais que vous m'écoutiez.» Il voulaitque ses concitoyens juifs puissent se «préparer pendant qu’il est encore temps». Mais ce fut en vain : les juifs de Sighet «refusaient non seulement de croire à ses histoires, mais encore de les écouter.» Ils disaient : «Il essaie de nous apitoyer sur son sort. Quelle imagination...» Ou bien : «Le pauvre, il est devenu fou. Et lui, il pleurait.»
Au printemps 1944, alors qu’avançait l’Armée Rouge,le parti fasciste prit le pouvoir à Budapest, et survinrent les Allemands : «Le verdict était déjà prononcé et les Juifs de Sighet souriaient encore.» Mais, au septième jour de la Pâque, les Allemands arrêtèrent les chefs de la communauté, assignèrent les juifs à domicile, confisquèrent leurs biens, et leur imposèrent le port de l'étoile jaune. Consulté sur la situation par des notables de lacommunauté, Chlomo Wiesel, qui avait des relations dans la police hongroise, tenta de dédramatiser la situation : «’’L'étoile jaune? Eh bien, quoi ? On n'en meurt pas...’’ (Pauvre père ! De quoi es-tu donc mort?)». Les mesures répressives se succédèrent : restrictions de l'accès aux restaurants ou à la synagogue, couvre-feu à partir de six heures du soir. Il fut ensuite décidé de transférer tous lesjuifs de Sighet dans deux ghettos, dirigés conjointement comme une petite ville, possédant chacun son propre conseil, et où on continua à vivre dans «l’illusion». Puis les Allemands ordonnèrent la déportation, nouvelle qui fut accueillie avec incrédulité. Mais, un jour, des gendarmes hongrois hurlèrent : «Tous les Juifs dehors !» et, après une longue attente sous le soleil, le signal du départ...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La nuit de elie wiesel
  • Elie wiesel
  • La nuit d'élie wiesel
  • 460 wiesel la nuit
  • Resume de la nuit par elie wiesel
  • Compte rendu Sur "La Nuit" d'Elie Wiesel
  • Elie wiesel la nuit fait literaire
  • Résumé Chapitre VIII

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !