La obumaba

Pages: 40 (9802 mots) Publié le: 18 mai 2013
Sous la direction de Michel Vial Groupe de recherche sur l’étayage en éducation UMR ADEF P3 Aix-Marseille 1 Université

Le travail des limites dans la relation éducative : Aide ? Guidage ? Accompagnement ?

Analyses de pratiques

extrait

L’harmattan
5-7, rue de l’école Polytechnique 75005 Paris France

Introduction

La relation éducative, l’Educateur et la notion de limites
MichelVial McF HdR, Université de Provence
« Le désir réintroduit de l’existence, du mystère aussi, du possible multiple, de l’énergie, de l’impondérable, de la fantaisie, de la création. Fonder l’éducation sur le désir est une toute autre entreprise que de l’asseoir sur la motivation ». Beillerot, J. 1998. L’éducation en débat : la fin des certitudes. Paris : l’Harmattan, p. 93.

La relationéducative : une scène particulière Dire ce qu’on entend par éducation ou relation éducative est un exercice difficile. D’ailleurs peu de gens s’y risquent. Et l’on a vu des livres comportant dans leur titre l’une ou l’autre des formes du mot éducation où on cherche en vain une explicitation (Hadji, 1992). L’adjectif éducatif est souvent utilisé sans le définir, ainsi dans l’expression « le quotidienéducatif » (Rouzel, 2000). Ou bien le nom suivi d’un adjectif est employé, comme dans « éducation thérapeutique », sans expliciter comment l’adjectif peut aller avec le nom sans le contredire. Enfin on pense peutêtre tout simplifier en l’employant en alternance, comme si les synonymes existaient, avec former, formation, formatif… L’entreprise est donc risquée et plus encore quand le projet est deparler des limites de ce type de relation ! C’est une question d’importance, polémique en ce sens qu’elle déclenche des guerres de territoires, mais c’est aussi délimiter notre objet de travail, la scène où se jouent les actes qui nous intéressent ici. La difficulté vient d’une part, du fait que l’éducation n’est pas une idée, un objet théorique ; c’est d’abord une relation, une expérience, un vécu,une activité : « Il n’y a ainsi pas plus de savoir désincarné que d’être sans savoir. Toute transmission de savoir se soutient d’une relation entre êtres humains. » (Cifali, 1994, p. 258). La difficulté semble bien être aggravée par le fait que cette activité se déploie dans un continuum entre l’imposition plus ou moins négociée d’un savoir à acquérir dans le guidage ; et un « être là » particulierqui vise à « faire grandir » l’autre, à lui permettre de se remanier, dans l’accompagnement : « Eduquer ne signifie plus seulement ‘conduire vers’, comme le laisse entendre l’étymologie du mot, en supposant, par ailleurs, que l’éducateur soit le seul qui sache où il faille aller et que, par le biais d’un acte dénué de tout engagement, il se contente d’emmener l’éduqué à son point d’arrivée. […].Il est aussi un compagnon de route… » (Gaberan, 2006, p. 16). Comme il n’est pas question d’asséner ici une quelconque vérité, simplement, il va être tenté de dire ce que nous entendons à ce jour, dans notre groupe de travail, par relation éducative. Dès lors, les concepts qui suivent, signalés comme
2

indispensables pour concevoir la relation éducative, ne sont pas mis dans un ordre immuable,leur nombre n’est sûrement pas fixé : on pourrait certainement en ajouter, il n’est pas sûr que la hiérarchie ici proposée soit la plus efficace. Situons notre propos : ce livre est issu d’un séminaire de troisième cycle du Groupe de Recherche sur l’étayage en éducation : accompagnement, évaluation et professionnalisation : (GRAEP) ; dans l’Equipe 3 : « Education, formation et évaluation » del’UMR ADEF P3, c’est donc une étape dans un processus de compréhension. L’analyse des pratiques ici est orientée vers la production de connaissances sur les repères que peut se donner l’Educateur pour s’orienter dans son agir professionnel. Il s’agit de recherches sur les conditions du développement du « pouvoir d’agir » (« l’homme capable » de Ricœur) des professionnels exerçant une fonction...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !