La palestine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5700 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
S’interroger sur le sens de l’espace au Proche-Orient revient à s’interroger sur de multiples définitions données par des acteurs différents dans une région fortement marquée par des empreintes géo-historiques qui se croisent, se superposent, se confrontent, et qui ont été parfois amenées à cohabiter. Le sens de l’espace est aujourd’hui encore le fruit de nombreuses interprétations,essentiellement parce que certaines frontières ne sont par reconnues de manière multilatérale. Cela pose ainsi le problème de la souveraineté territoriale. Donner un sens à l’espace doit amener à donner une identité à un territoire.
Au Proche-Orient, et en Palestine en particulier, le sens de l’espace n’est pas le même selon la frontière et selon l’Etat sur lesquels on se situe. Afin de mieux comprendre cettelogique interprétative, il convient de faire un rappel historique, et notamment de revenir à la Première Guerre mondiale et à l’époque de la Palestine mandataire. La mise en place d’un foyer national juif en Palestine à la suite de la déclaration Balfour a conduit les populations juives soutenues par le gouvernement britannique à percevoir l’espace sur le même modèle que les Européens. L’Etat enconstruction a renforcé une nation2 qui n’avait pour seule réalité politique que le sionisme, à l’image de ce qui s’était passé en France3 où en Angleterre et en GrandeBretagne à travers l’élaboration de ces Etats et de ces nations. Si la nation juive n’avait pas d’Etat jusqu’à la Première Guerre mondiale, avec la déclaration Balfour, elle en prend une forme encore inachevée à cette époque, etdont la souveraineté relève d’une fidélité à une obédience culturelle et politique. En ce qui concerne la nation arabe, elle est diluée dans une succession d’Etats émanant pour certains

117

Février 2009

Guillaume Vareilles - La géostratégie des crises au « Grand Moyen-Orient »

d’entre eux de l’éclatement de l’Empire ottoman et pour d’autres ayant une existence enracinée dans la terredepuis l’Antiquité. Le sentiment d’appartenance à une même culture pour les juifs du Proche Orient se concrétise sous l’impulsion de la Grande-Bretagne et du projet sioniste qui donnent conscience à un même peuple qu’il peut aussi être une même nation. La représentation spatiale que les peuples se font de leur terre est clarifiée au lendemain de la Première Guerre mondiale car il y a la volonté pourles acteurs en place de parvenir à des formes, aussi imparfaites soient-elles, d’Etat-Nation. Mais cette représentation est également obscurcie dans la mesure où ces mêmes acteurs créèrent une situation anxiogène alors qu’ils souhaitaient le contraire. Le sens de l’espace pour les Juifs et les Arabes varie aussi par l’enjeu qu’ils prêtent respectivement à leur lutte. Pour les Juifs favorables à ladéclaration Balfour, il s’agit d’une lutte pour la reconnaissance nationale (c’est-à-dire en tant que nation) et internationale (c’est-à-dire par rapport aux autres nations). Pour les Arabes soucieux d’obtenir des territoires de la fin de l’Empire ottoman, il s’agit d’une lutte pour l’indépendance territoriale. Au début du XXe siècle, les Arabes de l’Empire ottoman ont profité de la laïcisationdes infrastructures étatiques pour faire valoir leurs droits à l’arabité. La langue arabe a été reconnue dans une certaine mesure dans les provinces méridionales de l’empire ; dès lors, il s’agissait pour eux d’obtenir des frontières donnant accès à des espaces viables. Le sens de l’espace émane ici de raisons internes à l’empire. La lutte des Arabes est une lutte politique avant d’être une lutteidentitaire. Pour les Juifs, c’est en partie contraire, même si les deux formes de lutte restent intimement liées. La lutte politique se fait d’abord en Europe avec le développement du projet sioniste. Au Proche-Orient, c’est une lutte identitaire sur laquelle reposent les intérêts de la communauté juive et des Européens pendant la période de l’entre-deux-guerres.

Pour les Sionistes, une lutte...
tracking img