La parole

Pages: 8 (1780 mots) Publié le: 9 mars 2013
En vous appuyant sur les œuvres au programme, pouvez-vous souscrire à cette pensée : « Dans la mesure où ce que je dis a un sens, je suis pour moi-même quand je parle, un autre « autre », et, dans la mesure où je comprends, je ne sais plus qui parle et qui écoute. » Merleau-Ponty, Signes, « Sur la phénoménologie du langage » (1951)
Plan
i. Seul un sujet qui se connaît comme sujet peutcomprendre lorsqu’il parle et écoute
ii. Le sens de la parole du sujet pour être comprise ne peut être sa propriété : il doit être partagé
iii. La parole pour être comprise dépossède le sujet de lui-même
Il arrive qu’on n’entende pas dans les deux sens du terme ce qu’on nous dit, voire ce qu’on dit. Et puis, nous comprenons comme si nous devenions autres.
C’est ainsi que Merleau-Ponty écrivait dans unarticle intitulé « Sur la phénoménologie du langage » repris dans son ouvrage Signes :
Dans la mesure où ce que je dis a un sens, je suis pour moi-même quand je parle, un autre « autre », et, dans la mesure où je comprends, je ne sais plus qui parle et qui écoute.
Le philosophe analyse ce qui se passe lorsque le sujet dit quelque chose qui a un sens. D’une part le sujet qui parle n’est pas pourlui le sujet qu’il est. Il est un autre, non au sens qu’il se mettrait à la place d’un autre. C’est pourquoi Merleau-Ponty précise qu’il est un autre « autre », c’est-à-dire qu’il est frappé d’une altérité radicale. Mais le sujet qui dit quelque chose qui a un sens peut comprendre ou non ce qu’il dit. Dans le premier cas, le sujet ignore qui parle et qui écoute puisque justement cette altéritévis-à-vis de lui-même empêche toute possibilité d’identification avec soi ou un autre.
Or, ne pas s’identifier comme sujet de la parole, ne pas savoir qui comprend paraît pour le moins paradoxal en ce que Merleau-Ponty semble plutôt décrire les conditions de l’absence de compréhension. Et pourtant comment comprendre sans justement sortir en quelque sorte de soi ?
Dès lors, on peut se demander si laparole requiert un sujet qui se reconnaît dans son identité ou bien si au contraire la parole exige un effacement et lequel, du sujet.En s’appuyant sur le dialogue de Platon intitulé Phèdre, la pièce de théâtre Les Fausses Confidences de Marivaux et le recueil de poèmes de Verlaine, Romances sans paroles, on verra en quoi seul un sujet qui se connaît comme sujet peut comprendre lorsqu’il parle etécoute, puis en quoi le sens de la parole du sujet pour être comprise ne peut être sa propriété et doit être partagé et enfin en quoi la parole pour être comprise dépossède le sujet de lui-même.
Parler, c’est exprimer à un autre ce qu’on pense ou ce qu’on pense ressentir. Aussi faut-il savoir qu’on parle. Le sens de ce que je dis, c’est mon intention de dire. Et si ce que je dis n’est pastoujours compris comme mon intention de dire l’implique, toujours est-il que l’autre comprend que quelqu’un, soit un sujet, parle. C’est pour cela qu’on attribue toujours un discours à quelqu’un. Ainsi, le discours de Lysias, qui, avant d’avoir été écrit, a été dit ou plutôt qui a été écrit pour être dit. Phèdre le montre. Il veut s’entraîner à le réciter en prenant Socrate comme auditeur. Ce derniern’est pas dupe. Quand un personnage de Marivaux parle, c’est dans l’intention d’être compris d’une certaine façon, raison pour laquelle il parle comme il le fait. Et ce vouloir dire est ce qui constitue le sens de ce qu’il dit. À chaque fois, il s’agit d’exprimer une position. Par exemple, Madame Argante s’identifie facilement comme la mère dont la volonté d’ennoblis- sement est telle que tout cequ’elle dit va dans le sens des intérêts du mariage du comte et de sa fille, c’est-à-dire finalement dans le sens de sa propre élévation sociale (scène 10, acte I). Cette position d’énonciateur, elle prend la figure du poète qui, même s’il joue un rôle, assume cette voix. Ainsi dans Spleen au titre baudelairien, le poète se fait l’amant qui attend et dit à l’aimé cette attente quelque peu...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La parole
  • La parole
  • Parole
  • Paroles
  • Parole
  • La parole
  • Paroles
  • Paroles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !